Qui était Cécile de Rome, la Sainte Patronne des musiciennes et musiciens ?

Ce dimanche 22 novembre, nous célébrerons la Sainte-Cécile, communément connue comme étant patronne de la musique, des musicien.ne.s, mais également des luthiers et des autres fabricants d’instruments de musique. A cette occasion, nous vous proposons de revenir sur l’histoire et la légende qui entoure cette jeune chrétienne et de comprendre pourquoi et comment elle est devenue la patronne des musiciens.

La légende de Cécile de Rome

La légende de Cécile de Rome est notamment racontée dans la Légende dorée de Jacques de Voragine, ouvrage rédigé en latin qui raconte, entre autres, la vie des saints chrétiens.

Cécile de Rome est une jeune femme, issue d’une noble famille, qui a été condamnée au martyre après avoir converti de nombreuses personnes au christianisme.

La légende raconte que la jeune romaine a été élevée dans la foi chrétienne et avait, dès son plus jeune âge, voué sa vie à Dieu et fait vœu de virginité. Mais lorsqu’elle fut en âge de se marier, ses parents la fiancèrent à un jeune païen du nom de Valérien. Selon Voragine, lors de ses noces, Cécile se serait adressée à Dieu en chantant et en lui priant que son corps reste immaculé.

Dans la chambre nuptiale, Cécile se confie à son époux et lui révèle qu’elle a pour amant un ange de Dieu qui veille sur elle et à qui elle a juré que son corps resterait immaculé. Elle dit à Valérien : "s’il apprenait que, même légèrement, tu m’aies touché d’un amour impur, aussitôt il te frapperait et te ferait perdre la fleur de ta belle jeunesse. Mais si, au contraire, il apprend que tu m’aimes d’un amour pur, il t’aimera autant que moi et te montrera sa gloire !".

Valérien, qui aime profondément Cécile, accepte de se convertir et de se baptiser, à la seule condition qu’il puisse voir cet ange dont parle Cécile. Après sa conversion et son baptême, l’ange se manifeste aux yeux de Valérien. Le frère de Valérien, Tiburce, se convertit également et les deux frères s’emploient à donner des sépultures aux martyrs, exécutés à cause de leur foi chrétienne. Ces actions mèneront les deux frères à leurs pertes : ils seront dénoncés et décapités.

Cécile, dont la foi ne vacillera jamais, continuera d’évangéliser les cœurs des païens et à les convertir, jusqu’au jour où elle sera arrêtée et condamnée à mort par décapitation. Après trois coups de hache, Cécile vivait toujours. Mais comme la loi interdisait que l’on porte plus de trois coups lors d’une exécution, on laissa Cécile agoniser pendant trois jours. Selon la légende, elle distribua aux pauvres tous ses biens, et recommanda à l’évêque Urbain tous les fidèles qu’elle avait convertis, en disant : "J’ai demandé au ciel ces trois jours de délai pour te faire une dernière fois mes recommandations, et pour te prier de consacrer une église sur l’emplacement de cette maison où je meurs." Et cette église existe toujours, il s’agit de l’Église Sainte-Cécile-du-Trastevere, à Rome.

 

Pourquoi est-elle la patronne des musicien.ne.s ?

Cécile de Rome est devenue la patronne des musiciens car un passage de sa légende mentionne qu’en allant au martyre, elle aurait entendu la musique de Dieu.

Fervente chrétienne, Cécile a consacré toute sa – courte – vie à chanter les louanges de Dieu. Elle est devenue également la patronne de la musique sacrée. Elle est souvent représentée avec une couronne de fleurs, symbole de virginité et évocation à la couronne de fleurs reçue de la main de l’ange, un plant de lys mais aussi un instrument de musique et une épée.

Sainte Cécile dans les arts

La légende de Sainte Cécile a inspiré bon nombre de peintres, sculpteurs et, évidemment, de musiciens.

L’une des œuvres les plus marquantes représentant Sainte Cécile est le marbre que Stefano Maderno a sculpté, représentant fidèlement la position dans laquelle on a retrouvé le corps de Saint Cécile, lors des fouilles de restauration de l’église de Santa Cecilia dans le quartier Trastevere de Rome.

8 images
Sculpture en marbre de la martyr Sainte-Cécile, réalisée par Stefano Maderno et située dans l’Eglise Santa Cecilia di Trastevere © Tous droits réservés

Parmi les peintres qui ont représenté, on retrouve Raphaël, Poussin, Blanchard, Artemisia Gentileschi, Giambattista Tiepolo, Nicolas Colombel, Guido Reni ou encore Gustave Moreau.

Etant la patronne des musiciens, c’est évidemment sous ses auspices que se placent de nombreuses confréries musicales. Depuis le XVIe siècle, on voit fleurir de nombreuses compositions qui lui sont dédiées, avec notamment des motets pour l’office de sa fête, le 22 novembre.

Parmi les compositeurs qui ont composé une œuvre à la gloire de Sainte Cécile, on retrouve Palestrina, Charpentier, mais également Purcell, Haendel, et Saint-Saëns, qui lui ont écrit une ode, ou encore Scarlatti, Haydn, Gounod ou encore Chausson, qui a composé La Légende de sainte Cécile, musique de scène pour un drame en trois actes de Maurice Bouchor.

Benjamin Britten, qui est né le jour de la Sainte Cécile, le 22 novembre 1913, a composé Hymn to St Cecilia sur un poème que W. H. Auden avait dédié à la patronne des musiciens. Plus récemment, le compositeur estonien Arvo Pärt a composé Cecilia, vergine romana.

8 images
Raphaël © Tous droits réservés
Nicolas Colombel © Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK