Piano Forest, l’animé japonais qui allie rites initiatiques et amour de la musique classique

Si l’on parle d’animés japonais, le premier nom qui nous vient à l’esprit est sans aucun doute à Hayao Miyazaki et au studio Gibli. Mais ce ne sont pas les seuls à produire des animés japonais pleins de poésie et de philosophie. En atteste Piano Forest, Le piano dans la forêt, un film d’animation japonais qui allie poésie et amour de la musique classique.

Le Piano de la forêt est un film d’animation du réalisateur Masayuki Kojima qui place la musique classique et tout particulièrement le piano au centre de l’action.

Le film relate l’amitié entre deux garçons aux origines sociales diamétralement opposées mais qui sont réunis par leur amour pour le piano. Shûhei est un garçon de bonne famille qui rêve de devenir pianiste virtuose comme son père. Il déménage de Tokyo pour s’installer chez sa grand-mère dans une petite ville à la campagne. Là il rencontre Kaï, un garçon issu d’un milieu défavorisé, élevé par sa mère hôtesse de bar, qui se révèle être un pianiste surdoué.

Dans la nouvelle classe de Shûhei, ce dernier découvre un étrange rite de passage, pour être accepté par les autres élèves de la classe, il doit jouer sur un piano abandonné dans la forêt et qui est dit cassé.

Les deux enfants préparent un concours de piano pour lequel la pièce imposée est la Sonate pour Piano n°8 K.310 de Mozart.

Interprétation de la Sonate au Clair de Lune de Beethoven

Les morceaux classiques de piano de Mozart, Chopin et Beethoven ont été dirigés et interprétés par le grand pianiste russe Vladimir Ashkenazy. A côté des morceaux classiques, on retrouve également des compositions douces et aériennes de Keisuke Shinohara.

Un magnifique film d’animation, plein de poésie, de douceur qui fait la part belle à la musique classique et au piano, que vous pouvez voir sur le YouTube.