Pedro Almodovar retrouve Antonio Banderas et Penelope Cruz dans « Douleur et Gloire »

Pedro Almodovar retrouve Antonio Banderas et Penelope Cruz dans « Douleur et Gloire »
4 images
Pedro Almodovar retrouve Antonio Banderas et Penelope Cruz dans « Douleur et Gloire » - © Tous droits réservés

Cette semaine dans sa chronique cinéma, Nicolas Buytaers nous propose du drame, de l’histoire et de la comédie romantique.

Une chronique cinéma à écouter dans son intégralité ci-dessous.

Douleur et gloire

« Douleur et gloire » ça sonne comme le titre d’une télénovelas brésilienne et pourtant il n’en est rien, il s’agit du titre du nouveau film de Pedro Almodovar. Et d’entrée de jeu, il annonce la couleur : Ce film est basé sur ma vie… Non, et oui, absolument ! Ce film raconte l’histoire d’un réalisateur, Salvador Mallo. Il est en panne d’inspiration, pourtant le cinéma est toute sa vie. Il ne sait plus quoi raconter, quoi filmer, il déprime. Pour surmonter cette mauvaise passe, Salvador va se mettre à la recherche de ses anciens amis. Il va repenser à tous ces bons moments qui ont influencé son cinéma. Il va se remémorer sa mère aussi, beaucoup, son amour pour elle, son large sourire. Bref, il va enfin vivre. Mais vivre comme ça, revivre cette gloire, lui rappelle certaines douleurs ! Et puis, quand on a connu la douleur et la gloire, que reste-t-il encore à vivre ? C’est la question de ce drame !

Qui de mieux dans ce film pour jouer le double de Pedro Almodovar que le grand Antonio Banderas, qui a été découvert par Pedro ? Qui de mieux pour jouer sa mère que Pénélope Cruz qui dans « Volver » de Pedro est juste parfaite ? Le tout emballé par cette musique typiquement almodovarienne, une musique qui vous prend à chaque fois au cœur, au corps et encore !

Ce n’est pas la première fois que Pedro Almodovar se raconte au cinéma. Souvenez-vous, il y a eu déjà « La Loi du désir » et « La Mauvaise Éducation ». Ici ce film, il a un petit côté « 8 et demi » de Fellini !

Sunset

Nous sommes en 1913. Alors qu’elle a grandi dans un orphelinat, Irisz débarque à Budapest. Elle n’a qu’un rêve, travailler dans l’une des plus fameux magasins de chapeaux de la ville, la jeune femme va aller de découvertes en découvertes, de déconvenues en déconvenues. Non seulement elle apprend que le magasin appartenait à ses parents mais en plus elle a un frère. Se mettant alors à la recherche de celui-ci, c’est toute sa vie qui va basculer ! Nous sommes à la veille de la Grande guerre et voilà Irisz perdue dans un monde au bord du chaos…

Drame familial, film historique ou polar, vous pouvez regarder « Sunset » selon le prisme qui vous intéresse. On doit ce film au réalisateur hongrois Laszlo Nemès qui avait mis en scène en 2015 « Le Fils de Saul » récompensé notamment par le Grand Prix à Cannes et par l’Oscar du meilleur film étranger ! C’est dire si ce deuxième film est attendu. Comme pour ce premier long-métrage, Nemès suit son personnage principal. Le spectateur lui est donc encore plus fidèle que son ombre. Autour de ce personnage, autour d’Irisz, planent des mystères, du danger, du flou (au propre comme au figuré). Le spectateur est tout aussi baladé, emmené et malmené que cette héroïne !

Séduis-moi si tu peux

Avec Charlize Theron et Seth Rogen. Charlotte est diplomate. Intelligente, influente et belle. Fred, lui, est journaliste. Lui aussi, à sa manière, est un malin. Il est surtout très maladroit, gauche et de gauche. Bref tout oppose ces deux personnages sauf que… Quand ils étaient plus jeunes, Charlotte était la baby-sitter de Fred. Aujourd’hui, ils ont besoin l’un de l’autre. Surtout Charlotte. Elle veut rajeunir son image vu qu’elle se lance dans la course à la présidence. Elle veut des discours qui claquent. Fred, lui, est juste amoureux d’elle !

Voilà donc une comédie romantique (de Jonathan Levine, qui avait réalisé « warm bodies », une comédie romantique entre zombies) qui frise vers la comédie de potaches mais qui reste emmenée par deux acteurs intelligents !

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK