Mozart, sur le chemin de la liberté

Non signé: Mozart comme «Chevalier de  l'Éperon d'or», 1777.
Non signé: Mozart comme «Chevalier de l'Éperon d'or», 1777. - © Tous droits réservés

Camille De Rijck nous parle du nouvel album du jeune chef français Raphaël Pichon et de son ensemble Pygmalion : Libertà ! Mozart & the opera.

Raphaël Pichon a toujours voulu découvrir les compositeurs par des chemins de traverse. Dans ce projet, qu’il intitule Liberté, il se centre sur l’époque où Mozart décide de s’affranchir non seulement de la tutelle de son père mais aussi du Cardinal Colloredo et de partir à l’aventure et de composer. E en composant, il va s’essayer à des tas de petites œuvres qui ne seront pas achevées.

Ce disque prouve que Mozart n’a jamais été avare de son talent y compris dans les toutes petites formes.

Et pendant cette période, Mozart va tenter d’écrire des opéras mais surtout, il va gagner sa vie en écrivant des airs de concert qui sont faits pour être insérés dans des œuvres d’autres compositeurs mais qui permettent à des chanteurs de briller avec les derniers effets techniques du moment.

Il y a trois éléments prépondérants dans ce projet. Premièrement, montrer que tout, dans l’œuvre de Mozart à cette époque, le dirige naturellement vers la trilogie qu’il va composer un peu plus tard et qu’on entend déjà plein d’éléments qui nous renvoient à ces trois opéras. Ensuite, de voir à quel point Mozart, qui venait d’entrer en franc-maçonnerie est imbibé par les idées des Lumières : égalité entre les hommes, soutenir son prochain, abolition des pouvoirs excessifs. Et enfin, troisième élément, montrer à quel point Mozart n’a pas été cet électron solitaire qu’on imaginerait courant dans les champs et faisant fi de toutes influences extérieures et montrer comment il a pu être influencé par d’autres compositeurs.