Mozart et Bach permettraient aux chirurgiens d'être plus efficaces

Mozart et Bach permettraient aux chirurgiens d’être plus efficaces
Mozart et Bach permettraient aux chirurgiens d’être plus efficaces - © Tous droits réservés

Une étude d’une université écossaise préconise l’écoute de la musique classique, et tout particulièrement celle de Mozart, Bach ou encore Beethoven, dans les blocs opératoires.

Publiée dans l’International Journal of Surgery, cette étude démontre que les performances des chirurgiens, pendant une opération, pourraient être améliorées de 11% grâce à l’écoute – en fond sonore – des œuvres de Bach ou Mozart. Cette écoute permettrait également aux chirurgiens de terminer plus rapidement les opérations, sans altérer la qualité de celle-ci, bien entendu.

L’effet Mozart dans le milieu chirurgical

L’étude s’appuie sur 18 expériences internationales menées sur "l’effet Mozart". Cette théorie scientifique apparaît au début des années 1990 et postule que l’écoute de la musique de Mozart permet une amélioration temporaire du raisonnement spatio-temporel, tel qu’on le mesure dans l’évaluation du quotient intellectuel.

Selon le Dr Michael El Boghdady qui a coordonné l’étude "les résultats fournissent des preuves scientifiques solides des nombreux avantages qu’apporte aux chirurgiens l’écoute de musique classique durant les opérations. Grâce à une réduction du stress et à l’amélioration de la concentration, les procédures se terminent jusqu’à 10% plus rapidement et la précision dans les interventions peut être accrue de 11%".

Un effet bénéfique que ressentent également certains patients, qui auraient moins besoin d’anesthésiant.

L’étude précise néanmoins que le volume de la musique dans le bloc opératoire doit être très léger. Une musique trop forte pourrait nuire à la bonne communication entre les chirurgiens et personnels soignants dans la salle d’opération, ce qui pourrait entraîner de lourdes erreurs médicales.