"Mon chien stupide", une comédie douce-amère sur le temps qui passe

Image extraite de "Mon chien stupide" d'Yvan Attal
Image extraite de "Mon chien stupide" d'Yvan Attal - © Studio Canal

Dans sa chronique "cinéma", Nicolas Buytaers nous parle cette semaine de Mon chien stupide d'Yvan Attal, de Doctor Sleep de Mike Flanagan et de Sorry we missed you de Ken Loach.

Une chronique cinéma à écouter dans son intégralité ci-dessous.

Mon chien stupide

Henry est écrivain. Il a sorti un best-seller il y a bien longtemps et depuis il vivote sur cette renommée. Il n’écrit plus rien de bien. Henry est aussi en pleine crise de la cinquantaine. Il a mal au dos, ses enfants l’agacent et sa femme… Bref, sa libido est au point mort. Un soir en rentrant chez lui, il va trouver un chien errant dans son jardin et ce chien, obsédé sexuel va changer la vie d’Henry et de toute sa famille…

Ce film est réalisé et emmené par Yvan Attal. On y retrouve sa femme, Charlotte Gainsbourg. Pour son casting, le film est déjà très séduisant. De plus, Yvan Attal s’est amusé à mettre en scène son couple et leurs 20 ans de vie commune avec images d'archives à l'appui. C'est troublant et criant de vérité. Ce film est l’adaptation cinématographique du roman éponyme écrit en 1985 par John Fante (excellent romancier américain, pape du réalisme sale, un peu alcoolique, un peu désabusé mais drôle et profond). Si on y perd un peu le cynisme de l'auteur et sa déprimante noirceur, cette version made in France reste malgré tout agréable. Cette comédie douce amère est sur l'évolution de l'amour, du couple et de la famille (avec le temps).

Doctor sleep

Danny Torrance a des pouvoirs psychiques. Il parle aux fantômes, il lit les pensées de tout un chacun. Bref, il possède le shining... Un don ou plutôt une malédiction. Oui, Danny possède le shining. Danny, ce n'est pas n'importe qui, c'est le fils de Jack Torrance, qui est devenu complètement fou dans les années 80 alors qu'il était le gardien d'un hôtel abandonné en pleine tempête de neige, en pleine montagne. Bref, il existe d'autres personnes, des enfants qui possèdent le shining. Des enfants chassés et tués par une secte qui se nourrit des pouvoirs de ces enfants. Abra est une ado au shining hyper développé et la secte la traque plus que jamais. Abra et Danny vont s'associer pour mettre un terme aux meurtres perpétrés par la secte !

Le film Doctor sleep de Mike Flanagan est la suite du film Shining de Stanley Kubrick et comme Shining, ce film est l'adaptation d'un roman de Stephen King. Il y a derrière ce film d'horreur et d'épouvante, deux grands défis majeurs : réaliser une suite au cultissime et très maîtrisé classique de Stanley Kubrick et réaliser une adaptation correcte d'un roman de Stephen King, tâche délicate car les romans du Roi King sont denses (Peu d'adaptations ont réussi ce pari) !

Bref, ces deux défis sont à moitié réussis. Doctor sleep n'est pas aussi léché et stylisé que Shining (King avait détesté l'adaptation de Kubrick qui selon lui trahissait son livre). Dans ce film, on retrouve toutes les angoisses et les thèmes récurrents chez King comme l'enfance abusée, le surnaturel, l'alcool... Mais son livre étant fort chargé, le film ne fait qu'effleurer beaucoup de choses pour être certains de tout placer. Finalement, Doctor sleep est un mauvais "Shining 2" et un film d'épouvante de facture assez classique !

Sorry we missed you

Nous sommes à Newcastle dans une famille qui ne roule pas sur l'or mais qui se serre les coudes et qui s'en sort tout juste financièrement. Mais le rêve de Ricky, le père, est de monter sa propre société de livraison. Sa femme décide alors de vendre sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette et se mettre à son compte comme chauffeur-livreur... Mais quand on est déjà ric-rac, le moindre problèmepeut être fatal !

Au centre du nouveau drame social de Ken Loach (le troisème frère Dardenne, le cousin anglais de Luc et Jean-Pierre), on retrouve une critique de l'uberisation de notre société... Une société qui voit se multiplier ces travailleurs précaires, ces intérimaires, ces indépendants qui survivent plus qu'ils ne vivent. Un sujet brûlant d'actualité... comme toujours avec Ken Loach.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK