Le violoniste virtuose Ivry Gitlis est décédé à l’âge de 98 ans

Véritable légende de la musique classique, le violoniste virtuose israélien Ivry Gitlis est décédé ce jeudi 24 décembre 2020 à Paris. Il avait 98 ans. Il y a 8 ans, il avait accordé à Axelle Thiry un long entretien, que nous vous proposons de réécouter au bas de cet article.

Le monde de la musique classique est une nouvelle fois endeuillé. Celui que Renaud Capuçon décrit comme étant "un astre pour tous les violonistes", "le dernier des Tsars du violon à avoir traversé le 20e siècle", le violoniste Ivry Gitlis est décédé à l’âge de 98 ans, à la suite d’une longue et magnifique carrière.

Incroyable interprète, aussi à l’aise dans les œuvres du "grand" répertoire que dans le jazz et la musique tzigane, Ivry Gitlis était un formidable pédagogue. Pendant des années, ses passages sur les plateaux de télévision ont fait de lui un personnage incontournable du classique.

Un amour fusionnel avec le violon

Si Ivry Gitlis n’est pas né dans une famille de musicien, l’amour de la musique, et tout particulièrement de son instrument, le violon, est née très tôt chez le jeune garçon. A l’âge de 6 ans, il reçoit un violon de la part de sa famille et de ses proches, qui se sont cotisés pour lui offrir le précieux instrument. C’est le début d’une histoire d’amour qui durera plus de 90 ans.

Très vite, on décèle chez le jeune musicien un véritable don. Ivry Gitlis donnera son premier concert à l’âge de 7 ans, en Palestine. Il n’a que dix ans lorsqu’il arrive en France, à Marseille. Deux ans plus tard, il entre au Conservatoire de Paris, duquel il ressortira au bout d’un an et demi, tant l’enseignement ne lui convenait pas. C’est pendant la Guerre, en Angleterre que sa carrière de soliste commence. Il y a fait la connaissance de ses deux mentors, Jacques Thibaud et Georges Enesco, et donne ses premiers récitals, notamment devant des soldats britanniques, et il fait son entrée dans l’Orchestre Philharmonique de Londres.

Après la guerre, il retourne en France. En 1951, il est marqué par l’affaire du Concours Long-Thibaud, dont il part favori, et ne ressortira qu’avec la cinquième place. Malgré cet échec, teinté de scandale, la carrière du violoniste décolle et sa notoriété ne cesse de croître, en France, mais également à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. En 1963, il est le premier artiste israélien à se produire en URSS.

Sa carrière de soliste le mènera à jouer avec les plus grands orchestres et les plus grands chefs du monde entier.

Une figure très médiatisée et populaire

Ivry Gitlis sait s’adapter à tous les styles. Non content de faire une incroyable carrière de soliste classique, Gitlis collabore également avec Brian Jones, fondateur des Rolling Stones. En France, il popularise la musique classique, étant l’invité régulier du Grand échiquier de Jacques Chancel et jouant avec Michel Legrand, Barbara, ou encore Michel Berger. Il apparaît dans plusieurs films, notamment L’Histoire d’Adèle H de Truffaut.

Véritable source d’inspiration pour les musiciens qui l’ont côtoyé, Ivry Gitlis a fondé de nombreux festivals, à Vence, Menton ou encore Saint-André-de-Cubzac.

Il y a 8 ans, Musiq3 avait ouvert les portes de ses studios à ce grand violoniste, qui était à Bruxelles à l’occasion de son 90e anniversaire. Il avait accordé à Axelle Thiry une longue interview, que nous vous proposons de redécouvrir. Une rencontre captivante, poignante, drôle en 5 épisodes à réécouter ci-dessous. Musiq3 rendra hommage à ce grand violoniste dans ses différentes émissions des prochaines semaines. 

Rencontre avec Axelle Thiry, à l’occasion de ses 90 ans

Episode 1

Episode 2

Episode 3

Episode 4

Episode 5

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK