Le "pop requiem" virtuel à La Monnaie : une première mondiale après des mois de silence

Comme l’avait annoncé Peter de Caluwe en juin dernier, la première mondiale du "pop requiem" Is this the end, commandé au compositeur et pianiste belge Jean-Luc Fafchamps, sera proposée sur un mode "live-filmed opera" les 12 et 13 septembre prochains par le Théâtre royal de La Monnaie et ce, après des mois de silence liés à la pandémie de coronavirus.

Retrouvez Jean-Luc Fafchamps et Patrick David ce vendredi à 22h dans l’émission Présent composé qui sera en grande partie consacrée à cette création mondiale.

Un retour sur scène mais sous forme virtuelle

C’est dans un contexte plus que particulier que l’institution musicale bruxelloise ouvre sa nouvelle saison lyrique avec le premier volet du triptyque Is this the end, un "pop requiem" commandé par La Monnaie à Jean-Luc Fafchamps et qui a vu le jour en pleine crise sanitaire du Covid-19. Ce premier volet est intitulé "Dead little girl" et est composé sur un livret d’Eric Brucher, originaire de Louvain.

La première partie évoque une adolescente "bloquée" entre la vie et la mort, dans les limbes, où elle va rencontrer plusieurs autres "âmes en partance" qui, comme elle, se trouvent dans une situation transitoire.

En raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, ce projet a été réalisé dans des conditions très particulières avec la distanciation requise entre les artistes, qui n’entrent de toute façon pas en contact les uns avec les autres dans leur "univers intermédiaire".

Une œuvre d’une actualité poignante

C’est ainsi qu’un homme, une femme et l’adolescente en question se retrouvent projetés sans une zone floue où ils évoluent sans vraiment comprendre ce qui leur arrive. Il s’agit ici d’évoquer l’au-delà et cet espace-temps inconnu au seuil de la mort.

Le parallélisme avec les images de personnes qui ne sont pas en mesure de se dire adieu et de patients à l’agonie sans leur famille rejoint une actualité récente.

La metteuse en scène franco-allemande Ingrid von Wantoch-Rekowski a conçu une formule inédite pour concrétiser cette messe "des demi-morts". En effet, les bâtiments de La Monnaie constituent le décor de ce premier volet qui se jouera sans public. Des épisodes filmés au préalable dans les locaux du théâtre dialogueront avec un spectacle en direct porté par trois solistes : la soprano belge Sarah Defrise, dans le rôle de l’adolescente, le chanteur et compositeur belge Amaury Massion, dans celui de l’homme, et la mezzo-soprano française Albane Carrère, dans celui de la femme.

Cette distribution sera soutenue par 17 musiciens de l’Orchestre symphonique et 18 chanteurs des Choeurs de La Monnaie, placés sous la direction artistique du chef d’orchestre belge Patrick Davin.

Le public est invité à suivre en direct la représentation le 12 septembre à 20h ou le lendemain à 15h sur le site internet de La Monnaie. Les tickets sont en vente au prix de 10 euros.

Une représentation que vous pourrez également voir le vendredi 25 septembre sur La Trois en deuxième partie de soirée

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK