© Tous droits réservés

Temps de lecture...

Connaissez-vous l’histoire du mystère du crâne disparu de Joseph Haydn ? Parmi les histoires de fantômes de compositeurs, parfaits en cette période halloweenesque, l’histoire du crâne disparu du compositeur autrichien pourrait bien vous faire frissonner.

Hommage tardif à un maître de la musique

Le 31 mai 1809, Joseph Haydn s’éteint paisiblement à Vienne à l’âge de 77 ans. Nous sommes alors en plein dans les guerres napoléoniennes et l’Empereur français et ses troupes occupent la ville de Vienne. Napoléon marquera néanmoins tout son respect au compositeur en plaçant une garde d’honneur à la porte du compositeur. La guerre faisant rage, les funérailles du grand maître sont organisées à la hâte, dans le petit cimetière d’Hundsturm, à la périphérie de Vienne. 

Ce n’est qu’en 1820 que le Prince Nicolas II Esterhazy décide d’honorer la promesse faite à Haydn, et d’offrir à la dépouille de son ancien maître de chapelle les honneurs et les funérailles qu’elle mérite, en la déplaçant dans l’église d’Eisenstadt, le berceau de la famille princière. Le prince ordonne donc d’ouvrir le cercueil afin que l’on puisse déplacer les restes du compositeur, et c’est là que la scène digne des films d’horreur se produit. Le squelette du compositeur ainsi que sa perruque se trouvent bien dans le cercueil, par contre, le crâne de Haydn avait disparu. Commence alors l’enquête du crâne disparu de Joseph Haydn.

Le mystère du crâne disparu

Le Prince Esterhazy fait appel aux services de police afin de retrouver le crâne du compositeur. L’enquête les mène rapidement sur la trace de Johann Nepomuk Peter, le gouverneur des prisons de Basse-Autriche, et de Joseph Carl Rosenbaum, le secrétaire de la famille princière des Esterházy. Mais quel était leur intérêt à voler le crâne d’un compositeur ?

Il faut savoir qu’au XIXe siècle, la mode est à la phrénologie. Cette "science", ou plutôt théorie, développée par le neurologue allemand Franz Joseph Gall, prétend pouvoir déterminer l’intelligence, le caractère et les affinités d’un individu en étudiant son crâne et notamment les bosses de celui-ci. C’est d’ailleurs de la phrénologie que vient l’expression "avoir la bosse des maths".

Il s’avère que Peter et Rosenbaum étaient fascinés par la phrénologie et ont trouvé en la mort du maître Haydn, qu’ils admiraient et respectaient, l’occasion d’obtenir une précieuse relique à analyser, afin de voir si Haydn avait la bosse de la musique.

Le pillage de tombe étant fréquent à cette époque, Peter a soudoyé le fossoyeur afin de pouvoir accéder à la tombe de Haydn au cimetière d’Hundsturm et s’emparer du précieux crâne. Peter conserve le crâne chez lui avant de le céder à Rosenbaum.

En 1820, lorsque la police remonte jusqu’aux deux phrénologistes, elle effectue des perquisitions chez Peter et ensuite chez Rosenbaum. Si un crâne est saisi chez Peter, il s’avère qu’il ne s’agit pas de celui de Haydn, qui est effectivement chez Rosenbaum. De la perquisition de la demeure de ce dernier, la police rentre bredouille. Rosenbaum avait en effet pris soin de cacher le précieux crâne, avant l’arrivée de la police, sous le matelas sur lequel était allongée sa femme. Une cachette idéale pour un objet d’une telle valeur.

Le Prince, persuadé que le crâne est chez Peter, tente alors de s’arranger avec ce dernier en lui proposant de racheter le crâne. A force d’insistance, Peter décide de céder le crâne au Prince, qui ne tiendra pas parole et ne donnera pas un centime à Peter.

Le retour du crâne du prodige

Si l’histoire semble s’arrêter là, il n’en est rien. Car le crâne que Peter a donné au prince n’est pas celui de Haydn, qui reste en la possession de Rosenbaum jusqu’à la mort de ce dernier, qui le lègue à son comparse. Peter gardera donc la précieuse relique jusqu’à sa mort à lui.

Ensuite, le crâne commence à long voyage, il passera notamment en les mains de la Société des Amis de la Musique de Vienne. Et ce n’est qu’en 1954, soit près de 150 ans après la mort d’Haydn, que son crâne atteindra sa dernière demeure dans la tombe en marbre située dans la Bergkirche d’Eisenstadt. C’est le descendant de Nicolas II Esterhazy, le prince Paul Esterhazy, qui a fait construire ce mausolée à la gloire d’Haydn, dans le but également de rassembler tous les restes du compositeur. Il y parviendra en 1954, lorsque le crâne fut replacé dans le cercueil, lors d’une solennelle cérémonie.

8 images
Cérémonie solennelle du retour du crâne à Eisenstadt © Tous droits réservés
Le crâne de Haydn © ullstein bild via Getty Images
Le crâne de Haydn, exposé dans la maison d’Haydn © Tous droits réservés
Mausolée de Haydn dans la Bergkirche d’Eisenstadt © Tous droits réservés