Le classique en prime | "Rigoletto" de Verdi à Mantoue

Le classique en prime | "Rigoletto" de Verdi à Mantoue
Le classique en prime | "Rigoletto" de Verdi à Mantoue - © Tous droits réservés

Ce vendredi soir, nous vous faisons voyager jusqu'à Mantoue pour un magnifique opéra de Verdi, Rigoletto, filmé à Mantoue. Rendez-vous sur La Trois à 21h05.

Après "Tosca dans les lieux et aux heures de Tosca" (1992) et "La Traviata à Paris" (2000), transmis en temps réel dans le monde entier (107 pays pour le premier et 125 pour le second), Andrea Andermann a proposé une suite à ces deux "films d'opéra" consacrés par 7 Emmy aux Etats-Unis, ainsi que par les prix Italia et Bafta en Grande-Bretagne. Un événement culturel unique, diffusé en mondovision sur les télévisions publiques, que nous vous proposons de revivre dans Le classique en prime.

Rigoletto, opéra en 3 actes de Verdi, d'après "Le roi s'amuse" de Victor Hugo, a donc été filmé dans trois décors naturels à Mantoue : le Palazzo Te, célèbre villa destinée aux fêtes datant du 16e siècle, le Palais ducal, résidence principale de Federico II Gonzaga et la Forteresse de San Giorgio, caserne militaire située devant le pont du même nom. L'orchestre dirigé par Zubin Mehta jouait quant à lui au Théâtre Bibiena en suivant l'action des chanteurs sur écran.

Rigoletto est un opéra à part. Composé en quarante jours, en 1851, il garde aujourd'hui toute sa vigueur. Vingt ans séparent "Rigoletto" d' "Aïda", ce qui n'empêche pas " Rigoletto " d'être aussi populaire que l'oeuvre de la maturité de Verdi. Plusieurs raisons expliquent l'attachement du public à "Rigoletto" : le sujet est tiré d'une pièce célèbre de Victor Hugo, "Le roi s'amuse" ; le caractère du personnage de Rigoletto, le bossu, est rendu de façon très vivante par la musique de Verdi. Le personnage est dense dramatiquement ; le quatuor du dernier acte est, avec le sextuor de Lucia, l'une des plus belles pièces d'ensemble vocal de l'opéra italien. Triboulet, le héros de Victor Hugo qui a inspiré Verdi pour le personnage de Rigoletto, a été le fou de Louis XII et peut-être de François 1er.

Les personnages du bossu et du bouffon, par ailleurs, sont apparus très tôt dans la vie de Victor Hugo. Quasimodo, en 1830, sera comme une première épreuve de Triboulet. Leur sont communes la bosse, la laideur, la répulsion ou les railleries qu'inspire leur aspect. L'un comme l'autre sont condamnés à la solitude, à la souffrance. Ils sont méchants malgré eux et seront privés de la femme qu'ils aiment.

Les rapports du père et de la fille constituent l'ambiguïté majeure de "Rigoletto", en raison du caractère passionnel de l'attachement du père. Il y a comme une équivoque maîtresse-fille autour du personnage de Blanche (Gilda). Elle est gardée dans sa maison comme une pensionnaire de harem par le plus jaloux des sultans, et c'est pourquoi tout le monde d'abord la croit sa maîtresse.

Une production d'Andrea Andermann - Réalisation : Marco Bellocchio -  Direction photo : Vittorio Storaro

Avec Placido Domingo (Rigoletto), Ruggero Raimondi (Sparafucile), Nino Sturguladze (Maddalena), Vittorio Grigolo (le Duc), Julia Novikova (Gilda) et l'Orchestre national symphonique de la RAI sous la direction de Zubin Mehta, en direct depuis le Théâtre Bibiena.

 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK