Le baryton-basse belge José Van Dam célèbre ses 80 ans ce mardi 25 août

Cela fait déjà dix ans qu’il s’est retiré des planches, et pourtant, il n’a pas pris une ride. Le baryton-basse belge José Van Dam fête ce mardi 25 août ses 80 ans. Une occasion pour nous de revenir sur une carrière impressionnante, mais aussi sur la voix et la personnalité attachantes de ce chanteur lyrique et mélodiste internationalement reconnu.

 

Rendez-vous ce samedi 29 août à 9h, Cécile Poss consacre son émission Grands interprètes à José Van Dam.

"Je n’ai pas choisi ce métier, c’est le métier qui m’a choisi"

José Van Dam est né à Bruxelles le 25 août 1940 dans une famille de non-musicien, son papa était ébéniste. Mais, comme l’explique José Van Dam, son père a très vite compris que son fils pouvait chanter et faire une carrière et l’a toujours soutenu.

José Van Dam commence à chanter à l’âge de 11 ans. L’une de ses premières expériences musicale, c’était lors d’une braderie, à Bruxelles, où était organisé à un crochet, un petit concours de chant. Entendant les candidats qui chantaient, le jeune José s’est rendu compte qu’il pouvait, lui aussi, chanter comme ça et il a décidé de s’inscrire et il a remporté ce concours.

Comme l’explique José Van Dam lors d’entretiens, il n’a eu que trois professeurs au cours de sa vie, Mme Erhat, sa professeure de piano, Mme Calonne, qui était son professeur de solfège et enfin le ténor Frédéric Anspach, son unique professeur de chant, un homme qui a beaucoup compté dans sa vie et dans sa carrière. Frédéric Anspach lui conseille d’aller à La Monnaie, écouter de l’opéra, et c’est grâce à son professeur que vers l’âge de 14 ans, José Van Dam sait qu’il deviendra chanteur d’opéra.

Il entre au conservatoire à l’âge de 17 ans et en ressort, un an plus tard avec son prix de chant. Après un an passé en Allemagne pour son service militaire, José Van Dam revient à Bruxelles et rentre à nouveau au conservatoire pour étudier l’art lyrique.

"Je suis là pour servir la musique, pas pour me servir de la musique."

Alors qu’il est au conservatoire pour son diplôme d’art lyrique, José Van Dam passe des auditions pour un concours de chant qui se déroulerait à Paris et qui s’appelait L’école des vedettes. La directrice de ce concours était venue faire passer des auditions au conservatoire de Bruxelles et José Van Dam a été retenu. Il part donc à Paris pour participer au Concours, qui finit par remporter.

Le directeur de l’Opéra de Paris, qui faisait partie des membres du jury de la finale de ce concours de chant, est impressionné par le jeune belge et lui propose de rejoindre la troupe de l’opéra parisien. Après avoir consulté son professeur Frédéric Anspanch, José Van Dam accepte et rejoint donc la troupe de l’Opéra de Paris, il n’a alors que 20 ans.

 

De Paris à Berlin, le début d'une carrière internationale

José Van Dam restera quatre ans à Paris, avant de partir pour l’Opéra de Genève où il restera deux ans, avant de partir finalement pour le Deustche Oper Berlin, l’Opéra allemand de Berlin.

C’est à Berlin que José Van Dam fait la rencontre d’Herbert von Karajan, avec qui il va beaucoup collaborer à partir de 1971, année où ils enregistrent ensemble Fidelio de Beethoven.

3 images
José Van Dam et Kenneth Riegel se produisent sur la scène de l’opéra de Paris le 25 novembre 1983 lors de la répétition générale de l’opéra composé par Olivier Messiaen "Saint-François d’Assise" sous la direction du chef d’orchestre japonais Seiji Osawa. © JOEL ROBINE / AFP

 

A partir de la fin des années 1960, la carrière de José Van Dam prend un réel tournant international : il chante dans les plus grandes salles du monde, La Scala de Milan, le Metropolitan Opera de New-York, Covent Garden à Londres… En Belgique, il faudra attendre les années 1980 pour que José Van Dam se produise, une fois par an à La Monnaie. Comme l’explique José Van Dam, c’est Gérard Mortier, devenu directeur de La Monnaie en 1981, qui lui demande de venir au moins une fois par an chanter à La Monnaie.

Sa période berlinoise marque aussi les premières interprétations de grands rôles qui suivront José Van Dam tout au long de sa carrière, comme notamment celui de Leporello, le fidèle valet de Don Giovanni dans l’opéra éponyme de Mozart. Un rôle qu’il reprendra pour l’adaptation cinématographique de l’opéra, réalisé par le français Joseph Losey en 1978, avec notamment l’Italien Ruggero Raimondi qui incarnait Don Giovanni.

Parmi les grands rôles marquants de sa carrière, on peut évidemment citer Jean-François d'Assise, personnage de l'opéra éponyme de Messiaen que José Van Dam a créé à l'Opéra de Paris en 1983. 

Autre figure importante dans la mythologie personnelle de José Van Dam, c'est bien évidemment Don Quichotte, cet anti-héros qui fut le personnage de l'opéra de Massenet qu'a incarné plusieurs fois José Van Dam. Il a d'ailleurs reçu une Victoire de la Musique en 1994 pour ce rôle. José Van Dam a également repris le rôle dans L'homme de la mancha, à l'Opéra Royal de Wallonie en 1998, rôle qu'avait incarné avant lui Jacques Brel. Et c'est en incarnant Don Quichotte de Massenet à La Monnaie que José Van Dam fait ses adieux à la scène en 2010. 

À lire aussi : José Van Dam s’invite dans votre salon dans une interview à bâtons rompus avec Eric Russon 

En 1988, José Van Dam retrouve le chemin des projecteurs et des caméras, pour La maître de musique de Gérard Corbiaux, film qui fera connaître José Van Dam du grand public. 

En plus d'être un chanteur d'opéra de grand talent, José Van Dam est aussi un mélodiste accompli et se produit en récital dans le monde entier. 

"J’ai dû lutter contre ma timidité"

Tous ceux qui connaissent personnellement José Van Dam le diront, c'est un homme d'une très grande humilité et surtout, un peu timide. José Van Dam explique d'ailleurs, lors d'une interview, que les personnes qui travaillaient avec lui pensaient souvent qu'il était froid et hautain, alors qu'il était simplement timide. 

"J'ai dû lutter contre ma timidité, que l'on prenait pour de la froideur. Quand je suis sur scène, je ne suis pas timide car je ne suis pas moi, j'incarne quelqu'un d'autre."

Camille De Rijck nous parle de l’homme, de l’artiste et de cette voix

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK