"La jeune fille dans le brouillard", un excellent thriller italien qui rend hommage aux films noirs des années 50

"La jeune fille dans le brouillard", un excellent thriller qui rend hommage aux films noirs des années 50
"La jeune fille dans le brouillard", un excellent thriller qui rend hommage aux films noirs des années 50 - © Tous droits réservés

Dans sa chronique "cinéma", Nicolas Buytaers nous présente deux coups de cœur : un thriller italien et une comédie anglaise…

Une chronique cinéma à écouter dans son intégralité ci-dessous.

La ragazza nella nebbia

"La jeune fille dans le brouillard" commence par une disparition, celle de la jeune Anna Lou. Elle a 15 ans. Tout son village est en émoi. Un village perdu dans les montagnes italiennes, perdu au propre comme au figuré, perdu dans le brouillard et sous la neige en cette veille de Noël. C’est le commissaire Vogel qui mène l’enquête. Mais cette enquête piétine… sous la pression, de ses supérieurs, des villageois mais aussi de la presse, Vogel va alors fabriquer un suspect idéal. Et ce suspect, donc ce coupable n’est autre qu’un professeur du lycée d’Anna Lou…

Sous ses allures de conte, "La jeune fille dans le brouillard" est un excellent thriller qui rend hommage aux films noirs des années 50. On y retrouve plein de beaux personnages comme des extrémistes religieux, des policiers locaux incompétents, un commissaire trop compétent, charismatique et prétentieux, un psy fan de pêche à la truite dorée, un avocat sans scrupule et une journaliste cynique ! Ils ont tous des têtes de coupables. Vous l’aurez compris, à travers ces personnages voilà autant de professions qui en prennent pour leurs grades. Les rebondissements se suivent sans se ressembler. Le film est prenant, tendu, réalisé en flash-back tel un puzzle démonté pour être mieux remonté ! C’est surtout une excellente réflexion sur la vanité !

On doit ce film au réalisateur Donato Carrisi qui n’est autre que l’auteur du livre éponyme dont est tiré ce film et qui a été vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde ! Un polar noir et froid comme une nuit de brouillard emmené par Toni Servillo ("La Grande Bellazza" et "Sylvio et les autres") et Jean Reno !

Downton Abbey, le film

Si vous êtes fan de la série, vous attendez certainement ce film avec une impatience non dissimulée. Si vous ne l’êtes pas… Allez-y quand même mais vous risquerez de ne pas saisir toutes les subtilités et autres allusions faites entre ses héros.

En attendant, qu’est-ce que ce film raconte ? Au début du XXe siècle, Downton est un magnifique domaine qui appartient à la même famille, les Crawley, depuis des générations. Nous sommes en Angleterre et Downton est véritablement un état dans l’Etat. Tout s’y joue. Relations humaines, relations professionnelles, relations entre classes sociales. Maîtres et domestiques, tout le monde se croise dans ce domaine. Tout le monde même le roi et la reine d’Angleterre. D’ailleurs cette venue ne tarde pas à déclencher de nouveaux scandales, de nouvelles intrigues amoureuses et autres manigances à Downton. Et comme toujours c’est son avenir qui est en jeu !

À la base nous avons des livres écrits par le romancier anglais Julian Fellowes. Une excellente série de six saisons soit 52 épisodes de 50 minutes, diffusée entre 2010 et 2015. Une série multiprimée qui s’offre un long-métrage en guise de septième saison. D’où le fait de bien connaître la série pour apprécier ce film. Mais ce film est assez malin pour amener de nouveaux spectateurs à la série. Son casting reste 5 étoiles. Emmené par Dame Maggie Smith (grande dame de la scène britannique), vous y retrouvez le meilleur du Cinéma anglais… balancé entre drôlerie, cynisme et justesse !

D’autres films à voir… ou pas

Rambo 5, tout est dans le titre !

Le dernier mâle sur terre… là aussi tout est dans le titre ou presque : il s’agit d’un documentaire sur le dernier mâle des rhinocéros blancs du nord, au Kenya. Il est mort le 19 mars 2018.

Il y a un autre documentaire intitulé La guerre du lait… et si on ne fait rien, le lait pourrait aussi disparaître du bol de nos céréales… enfin les producteurs de lait !

Sans oublier 47 mètres plus bas un film de requins dans la plus pure tradition du genre (régressif et jouissif à la fois) et Le dindon, du Feydeau adapté au cinéma avec Dany Boon et Guillaume Gallienne.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK