La grève à l'Opéra de Paris continue : le point sur la situation

La grève à l'Opéra de Paris continue : le point sur la situation
La grève à l'Opéra de Paris continue : le point sur la situation - © STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Le mouvement de grève qui touche l’Opéra de Paris et qui réagit à la proposition de réforme des retraites ne faiblit pas. Depuis le 5 décembre, le mouvement social a entraîné l’annulation de 70 spectacles aux Palais Garnier et à l’Opéra Bastille, touchant près de 150.000 spectateurs et occasionnant une perte de plus de 15 millions d’euros pour l’Opéra National de Paris. La direction de l’opéra a annoncé la mise en place d’un plan d’économie drastique.

Des mesures d’économie drastiques

Les actions de protestations et les annulations de spectacles s’enchaînent à l’Opéra de Paris. Stéphane Lissner, le directeur de l’institution, s’est adressé à l’ensemble de son personnel pour leur faire part des conséquences économiques de cette grève. Comme le rapporte le site Olyrix, il a également annoncé des "mesures d’économie drastiques", expliquant que "tous les services doivent préparer un plan d’économies drastiques portant sur l’ensemble des dépenses de fonctionnement mais aussi d’investissement, compte tenu de l’impact de la situation sur notre fonds de roulement, à l’exception des dépenses qui résultent d’engagements contractuels ou qui sont liées à la sécurité ". Depuis le 5 décembre, l’Opéra de Paris accuse de lourdes pertes financières, de près de 15 millions d’euros, suite aux différentes annulations de représentations.

Des annulations de représentations à répétition

La première des Contes d’Hoffmann d’Offenbach à l’Opéra de Paris devait avoir lieu ce mardi 21 janvier mais a dû être annulée en raison du mouvement de grève. La soprano belge Jodie Devos devait y incarner le personnage d’Olympia. En postant la perruque qu’elle devrait porter sur scène, Jodie Devos se dit "attristée" de devoir annoncer l’annulation de la première des Contes d’Hoffmann. Elle ajoute : "Croisons les doigts pour que les choses s’arrangent et que nous puissions enfin vous offrir cette magnifique production à nouveau !".

Des actions qui continuent

En décembre 2019, les images des danseuses de l’Opéra de Paris interprétant des tableaux du lac du cygne sur le parvis du Palais Garnier avaient fait le tour du monde. Une manière de protester contre la volonté du gouvernement français de supprimer le régime spécial de retraite dont bénéficient les danseurs, chanteurs et musiciens de l’Opéra de Paris. Le 18 janvier 2020, l’orchestre et le chœur de l’Opéra de Paris, rejoint par des personnels de la Comédie Française, ont offert aux parisiens et touristes un concert sur les marches du Palais Garnier, avec des représentants de plusieurs corps de métier. Ils ont interprété un extrait des "Troyens", opéra de Berlioz qui accompagne traditionnellement le défilé annuel du Ballet de l’Opéra, mais également des extraits du "Trouvère" de Verdi ou encore de "Carmen" de Bizet, avant de finir par "La Marseillaise".

Pour rappel, ce régime – qui risque de disparaître - permet aux danseurs du ballet de partir à la retraite à 42 ans, aux chanteurs du Choeur à 50 ans et à 60 ans pour les musiciens de l’orchestre. Ce régime prend en compte la "pénibilité" du métier, des risques de blessure, et du fait que la majorité des danseurs peut difficilement continuer à danser les grands ballets au-delà de cet âge avec le même niveau d’excellence.

Une vidéo du Huffington Post

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK