L’Orchestre Philharmonique de New-York fait des rues new-yorkaises sa nouvelle scène

Privés de leur salle depuis le mois de mars, les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de New-York ont décidé d’amener la musique dans les rues de la ville et d’offrir des concerts surprises aux passants, l’inverse étant encore impossible en cette période de pandémie.

A l’heure où, en Europe, les institutions culturelles sont autorisées à reprendre petit à petit leurs activités, sous conditions du respect d’une série de règles de sécurité, la situation sanitaire aux Etats-Unis contraint toujours les salles de spectacles à garder portes closes.

Réinventer le rituel du concert

Voyant sa saison des concerts d’automne annulée et la salle du Lincoln Center, où il joue habituellement, désespérément vide, l’Orchestre philharmonique de New-York a décidé d’investir les rues de la ville à bord de leur "bandwagon". Les membres de l’orchestre new-yorkais proposent un concert de musique classique dans une version réinventée en temps de pandémie : des concerts surprise en plein air, allant à la rencontre des New-Yorkais, sillonnant les cinq arrondissements de la ville.

Se réinventer, trouver de nouveaux moyens de rester connecter avec le public, à l’instar des concerts virtuels pendant le confinement, tel est l’objectif premier de l’Orchestre Philharmonique de New-York qui a inauguré ces concerts surprise en plein air le 29 août dernier.

Montrer le bonheur que la musique peut procurer

"C’est comme si la ville était notre orchestre et que nous étions les solistes", s’émerveille Anthony Roth Costanzo, chanteur lyrique et producteur de cette série de mini-concerts "pop-up", qui investissent les quatre coins de la métropole sans s’annoncer à l’avance, afin d’éviter les rassemblements d’un trop grand nombre de personnes.

"Il ne s’agit pas uniquement d’attirer les gens chez nous, dans notre salle", poursuit-il, "il faut nous présenter au monde et montrer ce que peut faire la musique."

Le week-end dernier, dans le petit jardin public de Brooklyn, à quelques mètres de la Brooklyn Academy of Music, les musiciens, masqués et éloignés les uns des autres, ont interprété des œuvres classiques mais également des titres issus d’un répertoire plus large, tel qu’un arrangement pour cordes de l’hymne hommage à New York "Empire State of Mind (Part II)", de la chanteuse pop Alicia Keys. L’orchestre a ensuite terminé son concert pop-up sur la ballade "Somewhere" tirée de la comédie musicale "West Side Story".

4 images
© ANGELA WEISS / AFP
© ANGELA WEISS / AFP
© ANGELA WEISS / AFP

Si certains passants ont continué leur route sans lever la tête, ils étaient des dizaines à s’arrêter, s’asseoir dans l’herbe pour savourer ce retour de la musique live dans leur ville.

L’orchestre a annoncé qu’il continuerait ces mini-concerts tous les vendredi, samedi et dimanche jusqu’à au moins la mi-octobre.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK