L’Opéra de Paris en réalité virtuelle dans les maisons de repos françaises

Les résidents d’une quarantaine de maisons de repos françaises pourront bientôt visiter l’Opéra de Paris et visionner des concerts depuis leur chambre, grâce à un casque de réalité virtuelle adapté au troisième âge.

Depuis le début de la pandémie il y a maintenant un an, l’Opéra de Paris n’a cessé de multiplier les actions pour conserver le lien avec son public, que ce soit par la mise en ligne d’opéra et de ballet ou par la création d’une nouvelle application interactive autour de l’opéra, ou par le lancement "L’Opéra chez soi", sa propre plateforme de vidéo à la demande. Et pour continuer à créer un lien avec ce public privé de représentations, l’Opéra de Paris "s’engage pour les Ehpad", en annonçant un partenariat avec les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, afin d’amener l’art et la culture dans le quotidien des résidents, qui sont coupés du monde depuis plus d’un an.

Ce projet se mettra en place dès le printemps 2021 par la mise à disposition de casques de réalité virtuelle, adaptés pour le troisième âge, développés par une société de réalité virtuelle spécialisée dans le bien-être et la relaxation. Ces casques offriront aux résidents des Ehpad, confinés et coupés du monde extérieur depuis de long mois à cause de la pandémie de coronavirus, une immersion au cœur de l’Opéra de Paris, avec la possibilité d’arpenter virtuellement les couloirs de l’opéra mais aussi de visionner des extraits d’opéras et de ballets. Une bouffée d’art pour ces résidents.

Des moments de rencontres que les musiciens de l’orchestre de l’Opéra ont offerts début mars aux résidents de la maison de retraite Ferrari de Clamart, où les violonistes Thibault Vieux et Cyril Ghestem, l’altiste Etienne Tavitian et le violoncelliste Aurélien Sabouret ont interprété le Quatuor n°14, opus 131 de Beethoven.

 

"L’Opéra de Paris se doit d’accueillir un large public dans ses salles, mais également d’aller, par tout moyen, à la rencontre de tous ceux qui ne peuvent venir jusqu’à lui", a souligné le directeur général de l’Opéra national de Paris, Alexander Neef, cité dans le communiqué.

"Les résidents de nos Ehpad ont été éloignés de leurs familles pendant de longs mois. Même si des éclaircies se profilent, de tels dispositifs restent nécessaires pour le divertissement et briser l’isolement", a ajouté Antoine Perrin à France Info, le directeur général de la Fédération des Ehpad privés solidaires (Fehap).

 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK