L’ode à la joie de Beethoven, en version thérémine : un petit air de science-fiction

Après vous avoir proposé une revisite tout à fait personnelle et hilarante de l’Ode à la joie en version orchestre confiné Muppets, voici une nouvelle version, toute aussi originale, de cette partie la plus célèbre de la Neuvième Symphonie de Beethoven, interprétée par des centaines de thérémines.

Non, nous ne sommes pas en plein film de science-fiction, mais au Japon : dans une vidéo, datant de 2013, l’ensemble japonais Matryomin, constitué de près de 300 musiciennes et musiciens, interprète l’Ode à la joie, issue de la neuvième Symphonie de Beethoven sur un instrument un peu spécial, logé dans des petites poupées russes. Et cet instrument, c’est le thérémine, l’un des plus anciens instruments électroniques et l’un des seuls instruments au monde à produire un son sans qu’on le touche.

Avec son son strident si particulier, le thérémine inventé en 1920 par le physicien russe Lev Sergeyevich Termen, plus connu sous le nom de Léon Theremin – est devenu l’un des instruments emblématiques de la musique de films de science-fiction. Bernard Herrmann, compositeur d’Alfred Hitchcock, l’utilisa dans Le jour où la terre s’arrêta de Robert Wise. Il l’utilisa aussi dans Les Oiseaux d’Hitchcock.

► Découvrez l’histoire de cet instrument inouï qu’est le thérémine

Malgré le succès immédiat du thérémine, et sa commercialisation à grande échelle en 1929, l’instrument voit sa popularité chuter aussi vite que celle-ci s’est formée. Et force est de constater qu’à l’heure actuelle, rares sont les musiciens qui se dirigent vers le thérémine. Pourtant, l’instrument est loin d’être oublié et continue à être utilisé dans la musique de film mais aussi dans des compositions contemporaines comme, par exemple le Concerto pour thérémine et orchestre de Régis Campo, créé en 2018. Nous vous laissons donc avec cette vidéo de 300 théréministes qui enchaînent une version "classique" de l’œuvre et une version plus "jazzy", avec toujours ce son si particulier qui fait un petit peu penser à une chorale de chatons qui fredonneraient joyeusement l’Ode à la joie. Vous avez l’image en tête ? Nous oui, en tout cas.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK