Isabelle Faust and Friends - Sandrine Piau et Susan Manoff - Ray Chen

Isabelle Faust and Friends - Sandrine Piau et Susan Manoff - Ray Chen
4 images
Isabelle Faust and Friends - Sandrine Piau et Susan Manoff - Ray Chen - © Tous droits réservés

Découvrez nos trois coups de cœur de la semaine :

 

 

Isabelle Fauts and Friends - Franz Schubert, Octuor D. 803 (Harmonia Mundi)

Répondant à la commande du comte de Troyer qui souhaitait une œuvre calquée sur le modèle du fameux Septuor op. 20 de Beethoven, Schubert, bien que fervent admirateur du compositeur, s'en démarqua résolument en livrant un... Octuor ; si l'effectif élargi lui frayait un chemin vers l'écriture symphonique, la forme et l'expression révèlent une œuvre bien plus aboutie et personnelle que tout ce qu'on a pu écrire sur le sujet. Isabelle Faust et ses partenaires, tombés sous le charme de cette partition en tous points exceptionnelle, nous en proposent une nouvelle lecture sur instruments d'époque.

Harmonia Mundi.

Tentez de remporter cet album en participant à notre concours ci-dessous.

Sandrine Piau et Susan Manoff - Chimère (ALPHA)

Après quelques participations à des productions Alpha (notamment en tant que sublime Alcina dans le DVD du même nom, opéra dirigé par Christophe Rousset et mis en scène par Pierre Audi à la Monnaie), Sandrine Piau rejoint le label pour plusieurs enregistrements. Avec Chimère, elle nous invite à un voyage intime en terres infinies des rêves. " Chimère, quête illusoire, inassouvie, tombeau de nos illusions…". Elle et sa complice de toujours, la pianiste Susan Manoff, ont imaginé un programme mêlant le lied allemand avec Hugo Wolf, un Mignon de Schumann, une scène du Faust de Goethe par Carl Loewe, des mélodies de Debussy, les Banalités de Poulenc, des Songs de Barber et des découvertes de compositeurs plus rares comme Ivor Gurney ou les Dickinson Songs d’André Previn, célèbre chef d’orchestre américain dont on sait moins qu’il compose, notamment ce cycle magnifique pour Renée Fleming. Toute aussi à l’aise en français, en allemand et en anglais, Sandrine Piau est au sommet de son art. " Fantoches ", " Clair de Lune ", " Solitary Hotel ", " Will there really be a morning ? ", embarquez pour le monde du rêve grâce à ce parcours poétique unique, "le pays des chimères est en ce monde le seul digne d’être habité." (Jean-Jacques Rousseau)

Outhere.

 

Ray Chen - The Golden Age (Decca)

En baptisant son album " The Golden Age " (L’Age d’or), le violoniste Ray Chen souhaitait évoquer une époque où les violonistes Fritz Kreisler et Jascha Heifetz parcouraient le monde tandis que l’encre des partitions de Claude Debussy, Erik Satie, Max Bruch, Cyril Scott et George Gershwin était à peine sèche. Chen a conçu son bouquet comme une grande effloraison majeure bordée de fleurs plus petites, mais dont la taille cache souvent une perfection des plus exquises. Ainsi le Premier Concerto de Max Bruch, un ouvrage certes majeur mais musicalement très classique de 1866, est-il entouré de quelques perles de Gershwin, Ponce ou Scott réécrites par Heifetz et Kreisler, sans oublier les délicieux clins d’œil de Stephan Koncz (né en 1984) à Satie dans The New Satiesfaction ou Debussy dans sa réécriture du Clair de lune. C’est Stephan Koncz lui-même, par ailleurs violoncelliste au Philharmonique de Berlin, qui tient la partie de violoncelle dans les réécritures pour quatuor à cordes. Quant à Ray Chen, il remporta en 2008 le Concours Menuhin et l’année suivante le Concours Reine Elisabeth de Bruxelles, deux somptueux sésames pour la grande carrière internationale qu’il mène désormais en inséparable compagnie du Stradivarius ayant appartenu à Joseph Joachim. © SM/Qobuz

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK