Incendie à Bozar : le Palais des Beaux-Arts rouvre ses portes et reprend sa programmation musicale en ligne

Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles rouvre les portes de ses expositions au public ce jeudi 28 janvier, dix jours après l’incendie qui a ravagé une large surface de la partie sud de la toiture et du plafond causant de nombreux dégâts dans la salle Henry Le Boeuf. Bozar annonce que la programmation en ligne proposant concerts, films et conférences va également reprendre son cours.

L’exposition Hotel Beethoven ne rouvrira pas

Les premières expertises se terminent au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et les parties nord du bâtiment – qui ont été épargnées par le feu et l’eau des pompiers – abritant notamment le grand circuit d’exposition rue Ravenstein et le Hall Horta sont à nouveau opérationnels en toute sécurité ce jeudi 28 janvier. Bozar a donc décidé de rouvrir les expositions Facing van Eyck, Primordial Earth de Léonard Pongo et Fulu act. Par ailleurs, suite à l’analyse de plusieurs experts, il a été décidé de fermer prématurément l’exposition Hotel Beethoven pour des raisons de conservation.

La programmation des concerts en ligne, qui avait été bouleversée par l’incendie, va reprendre à partir de la semaine du 1er février, avec notamment les Beethoven pianoforte sessions, consacrées au grand maître allemand.

Le bilan provisoire des causes et dégâts de l’incendie

L’incendie à Bozar, qui a eu lieu le lundi 18 janvier dernier, semble avoir pour origine une défaillance électrique, a annoncé ce mercredi 27 janvier le parquet de Bruxelles sur base des premières observations de l’expert incendie descendu sur place au lendemain du 18 janvier. Ce serait plus spécifiquement la surchauffe d’une alimentation, située à l’entrée du local technique, qui a pris feu en premier. Le rapport d’expertise final est encore attendu.

Le directeur technique, des investissements et de la sécurité à Bozar, responsable de la rénovation des bâtiments, Stéphane Vanreppelen, était présent sur les lieux au moment de l’incendie. Il a expliqué que le feu a pris en premier lieu dans le grand local technique, contenant un système de refroidissement, qui est situé au-dessus de la salle Henry Le Boeuf. "Quand les pompiers sont arrivés, on ne voyait de la fumée que dans ce local. J’ai fait le tour des salles avec eux à leur demande. Il y avait alors beaucoup de fumée, mais pas de flammes. L’expert a dit que le feu couvait sans doute déjà au niveau des gouttières de la toiture perpendiculaire au local technique, qui sont en bois et recouvertes de zinc. Quand le zinc a fondu, tout d’un coup on a vu des flammes apparaître sur toute la longueur de cette gouttière. Après, le second local technique a pris feu. Il n’y a pas eu de propagation dans la salle au milieu, mais il y a quand même eu des départs de feu en intérieur, un peu dans la toiture de la salle Henry Le Boeuf", a-t-il indiqué.

L’intérieur de l’orgue a beaucoup souffert

Le toit est temporairement recouvert d’une bâche, dans l’attente de travaux pour le refermer. Les dégâts à l’intérieur du bâtiment ont surtout été causés par l’eau déversée pour éteindre le feu. La salle de concert Henry Le Boeuf et son orgue qui ont particulièrement souffert de l’incendieLes dégâts causés par les eaux ont principalement affecté les balcons du côté cour de la scène et l’orgue. La partie extérieure protégée de l’orgue, une façade en bois classée de l’époque de Victor Horta, n’a subi aucun dommage visible. Le clavier a été évacué à temps. Cependant, l’intérieur de l’orgue a beaucoup souffert. Les orgues sont faits de matériaux précieux qui ne tolèrent pas l’eau, comme le bois, le cuir de mouton, le feutre et les pièces électroniques. De plus, un orgue est un instrument extrêmement délicat qui ne tolère pas la moindre anomalie. Actuellement, l’orgue, avec ses quelque 4000 tuyaux en métal et en bois, est soigneusement démonté et examiné.
 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK