Hommage au ténor Marcello Giordani

Le ténor Marcello Giordani, décédé ce week-end à l'âge de 56 ans, était passé dans Demandez le programme il y a un peu plus de deux ans. Colosse sympathique, simple et presque timide, il était revenu sur les premières années de sa carrière, quand celle-ci n'était encore portée que par la plus ardente vocation : "j'avais dix-neufs ans et ma mère a cru que j'étais devenu fou, que j'avais perdu la raison". À peine sorti du collège, il avait pourtant trouvé un emploi dans une banque pour un traîtement plus que décent, "j'étais le plus jeune d'une fratrie de quatre, nous vivions dans un tout petit village de Sicile, vous imaginez avec quelle angoisse une vocation artistique pouvait être reçue". Heureusement, son père fut de son côté, "il avait compris que c'était mon rêve, il m'a conseillé de foncer... et j'ai foncé !" À noter que Giordani - qui par un paradoxe propre aux tragédies semblait insubmersible - était connu pour ses exploits d'endurance. Il lui était arrivé, par exemple, de chanter cinq soirs d'affilée ou, pour rendre service au Metropolitan Opera, de chanter Pinkerton dans Madama Butterfly l'après-midi et Faust dans La Damnation de Faust en soirée. "Le lendemain, j'étais épuisé, mais qu'est ce que j'ai aimé faire ça. Vous savez, parfois on se sent comme un soldat. Sans jamais oublier la joie que nous procure la scène. C'est une bénédiction que ce métier".

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK