Enfant prodige, Guillaume Bénoliel s’apprête à jouer au Mozarteum de Salzbourg à 6 ans à peine

La valeur n’attend pas le nombre des années ! À 6 ans à peine, le petit Guillaume Bénoliel fait déjà preuve d’une virtuosité exceptionnelle au piano. L’enfant prodige s’est illustré cette année dans plusieurs compétitions musicales : il a ainsi remporté un premier prix au concours Steinway & Sons, ainsi qu’au Concours International de piano "La note Céleste". Il s’est en outre distingué au "2020 International Music Competition Salzburg Grand Prize Viruoso", dans la catégorie des musiciens de moins de 8 ans, à tel point que le jury l’a invité à se produire au prestigieux Mozarteum de Salzbourg (ville natale de Mozart), dans le cadre du concert de clôture du festival, le 30 août, qui rassemble les lauréats.

Originaire de Draveil, dans l’Essonne (département français au sud de Paris), Guillaume Bénoliel est né dans une famille de musiciens amateurs qui ont dès le début encouragé sa vocation. Son père est guitariste et sa mère pianiste, si bien que Guillaume a pu faire ses premières expériences sur le piano familial dès l’âge de 2 ans. Guillaume possède l’oreille absolue et il était capable de déchiffrer des partitions musicales avant même de savoir lire. Malgré son très bas âge, son parcours musical est déjà avancé : il a fréquenté le conservatoire de Draveil, puis celui de Yerres. L’enfant possède même depuis peu sa propre chaîne YouTube. La perspective de se produire en public dans une salle telle que celle du Mozarteum, sous le regard bienveillant de ses parents et de son professeur de piano, représente pour lui une nouvelle étape dans son parcours musical.

 

Et pourtant, le talentueux jeune garçon, qui se projette déjà dans une double carrière de pianiste et ingénieur, vit encore la vie normale d’un enfant de son âge. Ses parents y tiennent beaucoup, comme ils en témoignent dans le quotidien français Le Parisien-Aujourd’hui en France : "Pour nous, c’est un peu une aventure […]. Nous ne sommes pas là pour lui mettre la pression. On veut juste qu’il soit heureux et que ces instruments lui apportent quelque chose pour son épanouissement personnel". Dès lors, pas d’objectif excessivement élitiste : l’essentiel est de suivre le rythme de l’enfant et de veiller à ce que la musique reste un plaisir pour lui. Ce qui semble être le cas, selon ses propres dires : "Quand je joue, je me sens bien. Je suis heureux". La vie de Guillaume ne se limite d’ailleurs pas à la musique, puisqu’il pratique aussi la natation et le judo. Par ailleurs, comme tous les enfants de son âge, le jeune garçon s’apprête à entrer en CE1 (équivalent français de la première primaire).

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK