Du chant pour lutter contre les symptômes à long terme du coronavirus

Au Royaume-Uni, une unité de recherche de l’hôpital public entame une collaboration avec un partenaire improbable : l’Opéra national (ENO). L’objectif est d’établir un protocole de soin en vue d’aider les patients atteints du coronavirus à venir à bout des effets à long terme de la maladie, au moyen notamment d’exercices de respiration et de berceuse.

Et s’il était possible de récupérer du Covid-19 en chantant des berceuses ? C’est l’idée étonnante mais plaisante qui est au centre d’un partenariat des plus inattendus au Royaume-Uni : l’Imperial College Healthcare NHS Trust, une unité de recherche appartenant à l’hôpital public britannique, s’est associé à l’English National Opera (ENO), l’Opéra national anglais. En travaillant de concert (si l’on ose dire), les deux établissements ont élaboré un programme de soin de six semaines visant à aider les malades atteints du coronavirus à récupérer. Il est en effet fréquent que certains symptômes de la maladie se prolongent pendant des semaines voire des mois après la guérison, ce qui entraîne une baisse du niveau de vie des patients. Plus de 130 000 personnes ont été hospitalisées au Royaume-Uni, parmi lesquelles des milliers ont dû être placées sous assistance respiratoire.

Baptisé ENO Respirer, le protocole imaginé se compose de chants et de diverses techniques respiratoires fréquemment utilisées par les chanteurs lyriques. Les berceuses traditionnelles seront notamment mises à l’honneur, tant pour leur facilité et le confort vocal qu’elles permettent que pour leur impact interculturel et leur facilité d’accès. Dans ce cadre, selon France Musique, l’ENO s’engage à apporter "une expertise médicale et musicale, afin de proposer une nouvelle approche pour soutenir les personnes atteintes par le coronavirus". Sarah Elkin, qui est consultante en médecine respiratoire au Imperial College Healthcare NHS Trust, place de grands espoirs dans ce nouveau programme : "En tant que médecins, nous savons d’expérience que les interventions communautaires et sociales ont le potentiel d’être incroyablement puissantes pour ces patients, ainsi que de leur fournir des outils et des mécanismes pour faire face à l’impact du Covid-19 à l’avenir".

Concrètement, un essai expérimental va d’abord avoir lieu à partir du mois de septembre auprès de 40 patients volontaires. Les deux établissements espèrent pouvoir étendre ensuite la démarche à l’ensemble du Royaume-Uni, si les résultats sont à la hauteur des espérances.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK