Décès du trompettiste polonais Tomasz Stańko

Tomasz Stańko
2 images
Tomasz Stańko - © M. Kydrynski

Tomasz Stańko aurait pu être pianiste ou violoniste, il sera pourtant trompettiste.

Né en 1942 en Pologne, il aurait pu aussi embrasser le courant "hard bop", comme l'ont fait ses contemporains, on pense par exemple au grand trompettiste américain Freddie Hubbard (né 4 années avant lui).

Mais c'est l'avant-garde qui aura ses faveurs, et singulièrement le free-jazz, (ndlr.: et aussi l'improvisation libre), très en vogue au début des années 60.

Jeune homme et jeune artiste, dans une Pologne encore communiste, Stańko est impressionné par le message de liberté que porte le jazz d'Ornette Coleman, Miles Davis ou Georges Russell.

Doué, travailleur et précoce, il forme son premier groupe en 1962, notamment avec le pianiste Adam Makowicz, il s'appellera les Jazz Darlings.

En 1970, il rejoint le Globe Unity Orchestra, et en 1971, il collaborera avec le grand compositeur classique Krzysztof Penderecki, de même que le trompettiste Don Cherry.

Durant les années 80, il voyage en Inde où il enregistre un disque solo au Taj Mahal.

Mais c'est peut-être sa rencontre avec Manfred Eicher, le fondateur du label ECM, qui le fera connaître d'un plus large public. Il sera alors aux côtés d'artistes de renommée mondiale, tels que Jan Garbarek, Jack DeJohnette, John Christensen, Dave Holland, Lester Bowie ou John Surman.

Artiste d'avant-garde, Tomasz Stańko était aussi un homme de mélodies, d'un lyrisme détonnant avec des harmonies parfois déconcertantes, certes, mais jamais gratuites.

De Tomasz Stańko, on retiendra surtout la sonorité de velours, avec ce souffle et ce grain très présent, rappelant le lyrisme d'un Chet Baker, ou d'Enrico Rava, auquel on aurait ajouté un pan d'avant-garde, harmoniquement parlant.

Si vous souhaitiez découvrir Tomasz Stańko au disque, on ne peut que vous recommander ses collaborations avec le label ECM. Et s'il fallait choisir un disque, ce serait peut-être "December avenue", avec le New York quartet, paru en 2017 chez ECM.

Le trompettiste nous parle de cet album ci-dessous

Tomasz Stańko était ainsi bien plus qu'un jazzman polonais, il était un pan du jazz à lui seul.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK