Décès de George Floyd aux USA : la musique et la danse pour dénoncer le racisme

Depuis plusieurs jours, plusieurs artistes, parmi lesquels le ténor Lawrence Bronwlee et institutions du monde classique se sont mobilisés, aux Etats-Unis, pour honorer la mémoire de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans décédé le 25 mai dernier à la suite d’une arrestation violente par la police de Minneapolis.

La mort de George Floyd a embrasé les Etats-Unis qui font face à de nouvelles vagues de protestations contre la violence policière et un racisme endémique aux USA. L’Afro-Américain George Floyd a perdu la vie après avoir été plaqué au sol par un policier de Minneapolis, qui a maintenu pendant de longues minutes son genou sur le cou de Floyd, alors que celui-ci supplie le policier de le laisser respirer. Ces images, qui ont été filmées et diffusées en direct sur les réseaux sociaux ont ému le monde entier et ont engendré des vagues de protestations.

De nombreux musiciens américains se sont joints aux mouvements de révolte, en proposant plusieurs actions sur les réseaux sociaux.

Danser pour exprimer l’indicible

Marcelino Sambé est l’un des danseurs principaux du Royal Opera House de Londres. Il a créé une chorégraphie poignante et émouvante, intitulée I can’t breath, en hommage à George Floyd. La vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux du Royal Opera House, qui a tenu à délivrer ce message : "Personne ne devrait avoir à vivre dans la peur à cause de la couleur de sa peau".

Marcelino Sambé danse sur une musique de Thom Yorke, chanteur et compositeur principal du groupe Radiohead, composée pour le film d’horreur Suspiria de Luca Guadagnino.

#TakeTwoKnees, l’appel du clarinettiste Anthony McGill

Parmi les nombreuses réactions du monde musical classique, on retrouve l’appel #TakeTwoKnees - mettons deux genoux à terre – lancé sur Twitter par le clarinettiste du New-York Philharmonic, Anthony McGill, qui invite les artistes à se filmer en mettant deux genoux à terre, une protestation non-violente pour protester dignement contre le racisme.

De nombreux musiciens du monde entier ont répondu à l’appel de McGill, comme les flûtistes Allison Loggins-Hull et Demarre McGill, le tromboniste Weston Sprott, la danseuse étoile Alicia Graf Mack, la violoncelliste Arlen Hlusko, le trompettiste Billy Hunter ou le violoniste Noah Bendix-Blagley, 1er violon de l’Orchestre philharmonique de Berlin. C’est aussi ce qu’a fait le ténor Lawrence Brownlee, très actif sur les réseaux sociaux. Il s’est filmé en train de chanter, deux genoux à terre, There’s a Man Going 'Round Taking Names.

#Theshowmustbeposed

Ce mardi 2 juin, de musiciens et labels ont participé au Blackout Tuesday, lancé par deux cadres de l’industrie musicale, Jamila Thomas et Brianna Agyemang, deux femmes noires qui appellent à interrompre le travail pour entamer une "discussion honnête, réfléchie, sur les actions à prendre collectivement pour soutenir les communautés noires".

De nombreux labels, comme Sony Music, Warner Music Group, Universal Music, les plateformes Deezer et Spotify, ainsi que de nombreux labels indépendants, ont participé à cette action. Des artistes et des salles de concerts, telles que le Carnegie Hall de New-York, le Royal Opera House de Londres ou encore le Metropolita Opera se sont également joints au mouvement.

Voir cette publication sur Instagram

#theshowmustbepaused

Une publication partagée par @ theshowmustbepaused le

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK