Création mondiale et premier enregistrement d’une œuvre inédite de Mozart pour ses 265 ans

Ce mercredi 27 janvier, nous célébrons les 265 ans de la naissance de Wolfgang Amadeus Mozart. À cette occasion très spéciale, le Festival Mozartwoche 2021 de Salzbourg sera le théâtre d’un événement tout à fait exceptionnel : la première mondiale d’une œuvre oubliée de Mozart, sous les doigts du pianiste Seong-Jin Cho. Elle sera diffusée à 18h sur la plateforme en ligne DG Stage du label Deutsche Grammophon. Un premier enregistrement de l’œuvre sera également publié, par le même interprète et au même label.

Aurait-on pu rêver mieux pour fêter l’anniversaire de Mozart, l’enfant prodige, compositeur de génie de la période classique, que la redécouverte mondiale d’une de ses œuvres ? L’Allegro in D K.626b/16 est une pièce pour piano qui avait disparu des radars et qui a été redécouverte en 2018. Authentifiée par des experts, elle sera interprétée ce 27 janvier par le sud-coréen Seong-Jin Cho dans le cadre du récital d’ouverture de l’édition 2021 du Festival Mozartwoche (aussi appelé la Semaine Mozart en francophonie), à Salzbourg en Autriche, la ville natale du compositeur. Le pianiste en profite pour sortir un album consacré entre autres à cette œuvre, au label Deutsche Grammophon. « C’est un grand honneur d’être invité à donner la première d’une œuvre autrefois inconnue de Mozart, dans la ville où il est né et où elle a pu être écrite », déclare Seong-Jin Cho.

Une histoire riche en péripéties

Comme souvent dans le cas des réapparitions d’œuvres (nous vous parlions récemment d’une pièce de Philip Glass), le manuscrit de l’Allegro in D a connu une histoire rocambolesque et dont toutes les étapes ne sont pas connues. Il ne comprend qu’une seule feuille annotée sur les deux faces de la main même de Mozart, probablement en 1773, alors qu’il n’a que 17 ans, vers la fin de sa troisième tournée en Italie. Le document se serait perdu après être passé de l’héritage du fils cadet du compositeur à la collection du fonctionnaire autrichien et musicien amateur Aloys Fuchs. Il aurait été donné (volontairement ou par erreur) et perdu de vue pendant des années.

On retrouve sa trace dans les années 1880 : il appartenait alors à un marchand d’art et de livres anciens à Vienne. À la mort de celui-ci, le manuscrit est mis aux enchères en 1899, peut-être sans que l’on ait vraiment conscience de sa valeur. Vers cette époque, le catalogue Köchel, qui répertorie les œuvres de Mozart, commence à le mentionner (d’où l’appellation K.626b/16), alors même que le manuscrit ne fait que de rares apparitions dans les maisons de vente avant de disparaître à nouveau.

Ce n’est qu’en 2018 que le document revient sur le devant de la scène, après près de 90 ans d’oubli. La famille d’un ingénieur franco-néerlandais, qui l’avait acheté à un concessionnaire parisien à la fin des années 1920, le revend à la Fondation Mozarteum de Salzbourg. Très rapidement, le personnel de la Fondation en confirme l’authenticité, sans l’ombre d’un doute, le style étant très caractéristique. Après tant d’années, le manuscrit sera enfin publié ce 27 janvier.

Le concert sera mondialement diffusé à 18h (heure belge), sur la plateforme en ligne DG Stage de Deutsche Grammophon. Il est possible de le regarder en direct moyennant l’achat d’un ticket (4,90 €). 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK