Coronavirus : des ateliers d’opéras fabriquent des masques pour le personnel soignant

Afin de répondre à la pénurie grandissante de masques de protection, des couturières et couturiers d’ateliers de maisons d’opéra, qui se retrouvent sans travail, se sont mobilisés pour fabriquer des masques pour le personnel soignant.

Dans de nombreux pays touchés par la pandémie de coronavirus, les masques de protection viennent cruellement à manquer. Afin de venir en aide au personnel soignant, de grandes maisons d’opéra ont fait preuve d’une grande générosité en confiant à leurs ateliers de costumes la confection de masques en tissu pour tout le personnel soignant et toutes les personnes susceptibles d’être en contact avec le virus.

De leur domicile, les couturières et couturiers de l’atelier de La Monnaie, opéra bruxellois, ont cousu en deux semaines près de 1600 masques à l’intention du personnel de santé. La Monnaie a posté une photo sur sa page Facebook montrant une fiche explicative des étapes à suivre pour coudre un masque en tissu.

En France, ce sont les ateliers de costumes de l’Opéra et du Conservatoire qui ont fabriqué en un temps record 300 masques pour les distribuer aux agents de la collecte des déchets du Grand Avignon.

En Allemagne, de nombreux ateliers, dont ceux de l’Opéra de Bonn, du Deustch Oper de Berlin et du Bayerische Staatsoper à Munich, se sont lancés dans la confection de masques afin de les remettre au personnel soignant. L’Opéra de Bonn espère en créer 1000 par semaine.

Des milliers de masques en fabrication à Atlanta

Avec plus de 184.000 cas recensés et plus de 3.700 décès (selon le décompte de l’université Johns Hopkins qui fait référence), les Etats-Unis sont devenus le pays le plus sévèrement touché par la pandémie du coronavirus. Les initiatives collectives et individuelles se multiplient pour pallier à la pénurie criante de protection pour le personnel soignant. A Atlanta, Théâtre Alliance et l’opéra local ont mobilisé leurs équipes pour fabriquer des masques, 220 masques par jour, selon l’institution lyrique, pour fournir les hôpitaux de l’Etat de Géorgie.

"La question n’est pas de savoir comment sauver les productions de l’opéra mais plutôt comment pouvons-nous sauver des vies ?" affirme Tomer Zvulun, directeur artistique de l’atelier de l’Opéra d’Atlanta.

De vrais élans de solidarités qui viennent soulager le personnel soignant, qui se retrouve en première ligne face à cette pandémie du covd-19.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK