Cinéma | "Duelles", un thriller psychologique belge

Cinéma | "Duelles", un thriller psychologique belge
4 images
Cinéma | "Duelles", un thriller psychologique belge - © Tous droits réservés

Cette semaine dans la chronique cinéma de Nicolas Buytaers, il sera question d'un thriller psychologique belge, un drame français et un documentaire italien

Une chronique cinéma à écouter dans son intégralité ci-dessous.

Duelles

Alice et Céline sont voisines. Elles vivent en banlieue bruxelloise dans deux maisons identiques - ou presque - collées l’une à l’autre. Ces jumelles de voisinage vivent plein de belles choses quasi simultanément comme la naissance de leurs garçons. Alice et Céline deviennent même les meilleures amies du monde, mais un drame va ternir cette belle amitié. Un drame qui amènera la suspicion, la jalousie, la culpabilité et la paranoïa…

"Duelles" est un pur thriller psychologique. C’est tout aussi prenant que tendu. Tout est maîtrisé dans ce film, du moindre élément de décors - il faut dire que l'action se passe dans les années 60 - au sentiment le plus parfaitement joué par deux excellentes actrices à savoir Anne Coesens et Veerle Baetens… toutes les deux en blondes hitchcockiennes. Car on retrouve un peu du maître Alfred dans ce film, dans la gestion du suspens et de la tension. Il y a surtout un style marqué et proposé par le réalisateur belge Olivier Masset-Depasse ("Cage" et "Illégal").

Ce film est l’adaptation sur grand écran du roman de Barbara Abel "Derrière la haine" !

L'adieu à la nuit

Muriel est une grand-mère comblée, surtout depuis qu’elle sait que son petit-fils, Alex, vient passer quelques jours elle. Elle est heureuse de partager ce moment avec lui car Alex s’apprête à partir pour le Canada pour une longue période. Mais quand Muriel va découvrir le fin mot de l’histoire, elle va déchanter. En réalité, Alex part pour le djihad. Que doit faire Muriel ? L’en dissuader ou prévenir les autorités ?

André Téchiné est le cinéaste de l’intime et des affaires de famille, un cinéaste qui filme avec sincérité et pudeur. Souvenez du film "Les témoins" où il évoque le sida, le film "Les temps qui changent" où il nous parle du désir et de la fidélité. Ici avec "L’adieu à la nuit", il traite d’un sujet d’actualité : ces jeunes qui se radicalisent. Téchiné présente les faits à sa manière, il dirige des personnages avec leurs zones d’ombres et leurs failles, mais aussi leurs joies et un certain rayonnement. Et surtout, il ne juge pas, c’est au spectateur de le faire ou de se poser la question : et moi, que ferais-je à leur place ?

Comme souvent chez Téchiné - 8 fois en 26 films pour être exact - on retrouve Catherine Deneuve. Dans le rôle d’Alex, il y a Kacey Mottet Klein, l’acteur suisse vu dans "Continuer" de Joachim Lafosse et dans "Keeper" de Guillaume Senez !

Santiago Italia

On doit ce documentaire au réalisateur Nanni Moretti ("La chambre du fils", "Habemus papam", "Caos calmo"). Moretti revient sur une page peu connue de l’Histoire, peu traitée. Septembre 1973, à Santiago, au Chili, les militaires emmenés par Augusto Pinochet renversent le gouvernement en place et tuent son président Salvador Allende. Dans ce coup d’état, de nombreuses vies seront sauvées, de nombreux jeunes opposés aux militaires seront épargnés grâce à l’action de l’ambassade d’Italie. Quelques diplomates leur proposeront en effet un refuge en Italie. Moretti a retrouvé ses exilés ! Face caméra, avec une terrible émotion très cinématographique, ces jeunes d’hier nous racontent aujourd’hui ce qu’ils ont vécu…

Pour Moretti, l’occasion était trop belle de raconter comment l’Italie a pu être accueillante alors qu’aujourd’hui c’est tout le contraire. Voilà donc un documentaire balancé entre humanisme et espoir, une belle leçon d’histoire !

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK