CHRONIQUE LITTERAIRE - "Edmond" de Léonard Chemineau

CHRONIQUE LITTERAIRE - "Edmond" de Léonard Chemineau
5 images
CHRONIQUE LITTERAIRE - "Edmond" de Léonard Chemineau - © Tous droits réservés

Une fois n'est pas coutume, Sophie Creuz nous propose cette semaine une bande dessinée, il s'agit d' " Edmond ", l'adaptation de la pièce d'Alexis Michalik, par Léonard Chemineau, qui parait aux Editions Rue de Sèvres.

Une chronique à écouter dans son intégralité ici.

« Edmond » la pièce aux 5 Molières

Molière de la Comédie, Molière du Comédien dans un second rôle, Molière de la Révélation masculine, Molière de l'auteur francophone vivant, et Molière du Metteur en scène, le coup de génie d'Alexis Michalik régale depuis 2016, et est encore joué tous les soirs à Paris, sauf ce 29 décembre puisque la troupe de la création sera à Bozar. Molière d'accord mais il s'agit surtout de Rostand, père faut-il le rappeler de ce chef d'oeuvre absolu qu'est Cyrano de Bergerac. Un triomphe et un enterrement de première classe pour lui car il n'a pas 30 ans lorsqu'il l'écrit et que jamais plus il ne parviendra à faire mieux, ni même aussi bien, et il ne restera dans l'histoire des lettres française pour cette merveille. Mais beaucoup s'en contenterait...

« Edmond » pour Rostand

Edmond Rostand, jeune auteur qui en 1898 tire le diable par la queue, peine à trouver le succès et à finir le mois, alors que triomphent Courteline, Feydeau et Labiche quand lui s'obstine  à écrire en vers. Après Victor Hugo et Musset, il faut oser. Mais il va s'inspirer de sa vie quotidienne et de son entourage pour imaginer cette tragi-comédie. Ça du moins, c'est le scénario d'Alexis Michalik pour sa pièce, écrite avec un savoir-faire boulimique plein de clins d'oeil au théâtre, aux gags du cinéma muet, au vaudeville avec des chassés-croisés à toute allure. Un scénario qui rappelle la pièce de Michael Frayn, " Silence en coulisses ", où l'on assiste à la fois à la représentation en train de se jouer et à l'envers du décor, avec la vie amoureuse des acteurs qui fait écho à ce qu'ils sont en train d'interpréter. Ici aussi c'est impeccablement orchestré et c'est ce qui donne tout son sel à la pièce d'Alexis Michalik, et à cette fidèle adaptation graphique.

Une BD pleine de charme

Inutile d'avoir vu la pièce de théâtre pour se régaler avec cet album, merveilleusement dessiné, avec goût et malice par Léonard Chemineau qui joue sur la candeur d'un jeune Edmond Rostand écrivant Cyrano sous la dictée de ce qu'il entend au bistrot et des amourettes de son ami comédien, joli garçon mais peu éloquent, épris d'une demoiselle romantique qui se pâme aux vers d'un jeune auteur: Rostand lui-même. Et on retrouve bien évidemment là ce qui deviendra Christian lisant les lettres de Cyrano à la belle Roxane. C'est élégant, plein de charme, et ce que d'aucuns avaient reproché à la pièce – à savoir  composer des personnages un peu trop bande dessinée- trouve ici sa pleine mesure. Et ce qui est épatant, c'est le rythme enlevé qui fait se croiser sur la même page la grande Sarah Bernhard avec des dames de petites vertus réquisitionnées pour jouer les bonnes sœurs du couvent où se retire Roxane, ou le garçon de café martiniquais qui inspire quelques répliques savantes à l'auteur en panne.

Une belle idée cadeau

Edmond adaptée de la pièce d'Alexis Michalik, mis en bande dessinée est à retrouver dans cet album de Léonard Chemineau qui parait aux Editions Rue de Sèvres.

Une belle idée cadeau à placer sous le sapin.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK