CHRONIQUE CINEMA avec "Grâce à Dieu", "Binti" et "Dames"

Cette semaine dans la chronique cinéma de Nicolas Buytaers, il est question d'actualité pesante, d’une héroïne sans papiers 2.0 et de quatre dames charmantes qui vous invitent à prendre le thé.

Grâce à Dieu

Alexandre, François et Emmanuel ont tous les trois été scouts à des époques différentes mais dans la même unité, à Lyon. Ils ont surtout été les victimes du père Preynat, prêtre pédophile qui officiait dans cette unité. Tout le monde savait mais personne n’a rien fait, même pas l’Eglise et encore moins l’archevêque de Lyon, le Cardinal Barbarin.

Ce film, réalisé par François Ozon, s’inspire d’une histoire vraie. Le père Preynat a été mis en examen en 2016 et placé sous contrôle judiciaire pour des agressions sexuelles remontant jusqu'à 1986. Cette affaire est encore en cours, puisque le cardinal Barbarin a été condamné il y a peu par la justice française pour n’avoir rien dit à propos des actes pédophiles du père Preynat. 

Ce film balance entre le drame, le thriller et le documentaire. Tout y est précis et raconté. Ozon donne la parole aux victimes. C’est prenant tout autant que touchant. C’est révoltant aussi car on comprend bien que tout le monde savait et que tout a continué, comme si de rien n’était. Ce film, terriblement académique mais brillamment emmené par trois acteurs doués (Melvil Poupaud, Denis Ménochet et Swann Arlaud), est important car il libère la parole. Et ces affaires-là, il faut en parler, trouver le courage de le faire.

 

Binti

Binti a 12 ans. C’est une jeune fille bien dans son époque. Elle ne jure que par sa chaîne internet où elle partage son quotidien. Mais Binti est aussi une sans-papiers. Avec son père, elle squatte. Un jour, lors d’une descente de police, elle s’enfuit et trouve refuge chez Elias, un garçon de son âge qui connait tout ce qu’il faut savoir (et plus encore) sur les Okapis. Ensemble, Binti et Elias vont tenter de sensibiliser leur communauté pour sauver ces drôles de zèbres. Et si, par le plus grand des hasards forcés, le père de Binti pouvait tomber sous le charme de la maman célibataire d’Elias, ça arrangerait volontiers les affaires de la demoiselle!

Il y a plein de couleurs et de vie dans cette comédie dramatique qui parle assez simplement et intelligemment du problème des sans-papiers, de l’intégration et de l’accueil. Ce film, de Frederik Bigom est un film à voir en famille, entre parents-enfants et/ou grands-parents-enfants. Dans les rôles principaux, on retrouve le rappeur Baloji et sa fille Bebel, une gamine incroyable, tout aussi tonitruante qu’énergique !

Dames

Une "dame", c’est un titre de noblesse en Grande-Bretagne. C’est le pendant féminin de Chevalier! Comme l’indique le titre de ce documentaire, nous voilà invités à prendre le thé avec quatre des plus grandes comédiennes du Royaume-Uni, quatre immenses actrices, quatre "Dames" tout aussi talentueuses que charmantes. Ces dames sont Eileen Atkins, Judi Dench, Joan Plowright et Maggie Smith Quatre visages incontournables de la scène anglaise. Ces filles-là se sont connues il y a plus de 50 ans et le temps de ce documentaire, elles reviennent sur leurs débuts, leurs années de gloire, leurs déboires aussi. Elles évoquent avec malice leur métier, les rôles qu’elles ont interprétés. Et puis, aussi, leurs maris. Elles sont charmantes mais là elles y vont... elles balancent!

Il y a encore ce passage sur leur santé, la vieillesse,... Un passage touchant. Quoi qu’il arrive, ces quatre femmes gardent le sourire. Elles ont les yeux qui pétillent, des souvenirs et de la bonne humeur,... Voilà ce qui accompagne délicieusement ce thé avec ces Dames !

 

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK