Chantier dans le chantier, le démontage de l’orgue de Notre-Dame de Paris commence

Ce lundi 3 août débutera la dépose du grand orgue de tribune de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, parallèlement à la poursuite du démontage des échafaudages à l’extérieur de l’édifice. La restauration de l’instrument s’étalera de 2021 à 2024.

On s’en souvient, le 15 avril 2019, le monde entier retenait son souffle devant les terribles images de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ce joyau de l’architecture gothique magnifié par Victor Hugo et si présent dans l’imaginaire collectif. Ce jour-là, le pire sinistre depuis la création de l’édifice a emporté l’intégralité de la toiture médiévale couvrant la nef, le chœur et les transepts, ainsi que la flèche de la cathédrale, construite au XIXe siècle par Viollet-le-Duc.

Mais miraculeusement – et contrairement au récent désastre de la cathédrale de Nantes –, le grand orgue de tribune Cavaillé-Coll a été relativement épargné. Au cours de l’incendie, l’instrument n’a pas été touché par les flammes et a reçu peu d’eau dans le cadre de l’intervention des pompiers. En revanche, il a été recouvert de poussières de plomb et a pâti par la suite des variations de température dans la cathédrale privée de toit, notamment au moment de la canicule de juillet 2019.

L’instrument, qui compte 8000 tuyaux et est le plus grand orgue de France en nombre de jeux, doit désormais être démonté en vue de subir un nettoyage approfondi. Une entreprise délicate pour cet instrument de grande valeur, dont le buffet orne la cathédrale depuis 1733, date à laquelle il a été créé par François Thierry, avant que l’orgue soit reconstruit par François-Henri Clicquot en 1783, puis notamment par le célèbre facteur d’orgue Aristide Cavaillé-Coll en 1868.

Un échafaudage de 30 mètres

La dépose de l’orgue, c’est-à-dire son démontage pour entretien, débute ce lundi 3 août, d’après l’Établissement public, qui est en charge de la reconstruction de l’édifice. À cette fin, un échafaudage de 30 mètres a été monté pendant le mois de juillet autour de l’instrument. La console, la partie où se trouvent les claviers et les jeux et sur laquelle joue l’organiste, sera démontée en premier. Ensuite, les 8000 tuyaux qui composent l’instrument seront à leur tour rangés dans quatre conteneurs étanches, jusqu’à la fin de l’année.

Pour le nettoyage et restauration de l’orgue à proprement parler, un appel d’offres doit encore être publié. Les travaux, visant à restituer l’instrument dans son état de fonctionnement d’avant l’incendie, s’étaleront de 2021 à 2024. Il faudra compter six mois pour l’installation, l’accord et l’harmonisation de l’orgue, avant de pouvoir le faire résonner vers la mi-avril en 2024, au cours du Te-Deum voulu par Emmanuel Macron, pour inaugurer l’édifice rénové.

En attendant, ce petit chantier de dépose débute au sein d’un plus grand : celui du démontage titanesque et très délicat de l’échafaudage qui était autour de la flèche au moment de l’incendie. Il a débuté au printemps, en pleine première vague de coronavirus en France, et devrait s’achever en juillet 2019.