Carl Orff : Carmina Burana

Bavarois, fils d’un militaire, élève indiscipliné aux académies musicales de Munich, Carl Orff finira sur le front de la grande guerre, où il est sérieusement blessé. Démobilisé, il se marie, puis se remarie, puis se marie encore et se marie enfin, une quatrième fois. Ce passionné de la renaissance italienne, ami de Jacques Prévert et ancien collègue de Bertold Brecht a une relation quasi dichotomique avec la postérité : d’abord, sa Carmina Burana composée en 1935 est l’une des œuvres les plus connues de tous les temps, connaissant même les honneurs d’une adaptation par Nana Mouskouri, ensuite le reste de son œuvre est lentement mais sûrement tombée dans l’oubli ; et s’il existe aujourd’hui quelques enregistrements de son Antigone, de son Œdipe ou de son Prométhée, c’est peu dire qu’on ne les joue quasi plus. C’est Carmina Burana qui est aujourd’hui sur notre Table. Œuvre vénérée par certains, d’autres comme le musicologue Nicolas Slominsky sont plus réservés. Écoutez le: "amalgame hétérogène d'éléments ecclésiastiques néo-médiévaux, de mélodies et de rythmes populaires dans des structures modales banales marquées par une cantillation asymétrique, aux répétitions hypnotiques, alternant avec des hululements monométriques et des hoquets syncopés"

Invités : Martine Dumont-Mergeay, Sylvain Fort, Marcel Croës et Guillaume Connesson.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK