Camille Thomas murmure à l’oreille des chevaux avec son arrangement d’Erlkönig de Schubert

La violoncelliste franco-belge Camille Thomas continue de nous enchanter dans son tour des musées français. Dans sa nouvelle vidéo, on la retrouve au Musée du Cheval à Chantilly où elle partage la "scène" avec Gacelo et sa cavalière Mathilde Pouteau, en interprétant son propre arrangement pour violoncelle et orchestre du lied Le Roi des Aulnes (Der Erlkönig) de Schubert.

Réveiller les musées et les lieux culturels endormis et tristement vides, telle est la mission que s’est donnée la violoncelliste franco-belge Camille Thomas, qui remplit depuis le mois de novembre 2020 les plus belles salles d’expositions et de musées du doux son de son Stradivarius Feuermann. Au fil de ces vidéos, signées de la main et de l’œil du réalisateur Martin Mirabel, Camille Thomas nous a fait découvrir ou redécouvrir des lieux majestueux, tels que le Théâtre de la Reine Marie-Antoinette à Versailles – fermé au public – mais aussi l’Institue du Monde arabe, la salle des Caryatides au Louvres ou encore les Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles et le Grand Palais de Paris, en "comblant" le vide de ses lieux, souvent bondés, par le son chaleureux de son violoncelle.

Pour cette nouvelle vidéo mensuelle, Camille Thomas a partagé un moment unique avec Gacelo, un magnifique cheval beige, sur la piste du Musée du Cheval de Chantilly. La violoncelliste a interprété pour lui – et pour sa cavalière Mathilde Pouteau – son arrangement pour violoncelle et orchestre du célèbre lied de Schubert, Der Erlköning, composé sur un poème de Goethe.

Et ce n’est pas un hasard que cette œuvre, qui fera partie de la nouvelle version de l’album A voice of hope de Camille Thomas, a été choisie pour être interprétée au Musée du Cheval. Le Roi des Aulnes est un poème de Goethe qui raconte l’histoire d’un père chevauchant avec son fils dans l’obscurité de la nuit, afin d’échapper au fameux Erlköning, le Roi des Aulnes, symbole de la mort, qui poursuit le jeune garçon.

Dans le lied, composé par Schubert, les quatre personnages présents dans l’histoire – le narrateur, le père, l’enfant et le roi des Aulnes – sont interprétés par le même chanteur mais se distinguent par la tessiture. Dans cet arrangement, c’est le violoncelle qui interprète à lui seul les quatre personnages. Camille Thomas, sur sa page Facebook, explique comment elle a composé cet arrangement : "J’ai choisi d’utiliser différentes octaves du violoncelle dans mon arrangement pour personnaliser chaque voix et les différencier. Un cinquième personnage, le cheval que le père et le garçon montent, est représenté par la partie de piano, qui est dans cet arrangement actuel adapté pour orchestre par Hector Berlioz."

Retrouvez toute la série "Voix d’espoir au musée" de Camille Thomas

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK