Bernard Haitink, l’un des derniers monstres sacrés de la direction d’orchestre, est décédé

Il s’était retiré de la scène il y a deux ans, en 2019. Le chef d’orchestre néerlandais Bernard Haitink est décédé ce jeudi 21 octobre, à Londres, chez lui en présence de sa famille, à l’âge de 92 ans.

Musiq3 lui rend hommage ce vendredi 29 octobre à 20h avec un concert dans lequel Bernard Haitink dirige l'Orchestre national de France. Les hommages se poursuivront le samedi 30 octobre dans la soirée opéra. Après la diffusion de Roberto Devereux, en hommage à Edita Gruberova, nous vous proposons l'enregistrement de Bernard Haitink de Das Rheingold de Wagner.


En septembre 2019, le grand chef d’orchestre néerlandais Bernard Haitink dirigeait son dernier concert, la Septième Symphonie de Bruckner en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Vienne. Diminué à la suite d’une chute sur scène lors des saluts en juin 2018 après un concert de l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam, Bernard Haitink avait rangé sa baguette de chef d’orchestre après plusieurs décennies de direction d’orchestre. Il est décédé ce jeudi 21 octobre à l’âge de 92 ans.

À LIRE AUSSI

Archive : Bernard Haitink en 2018

Camille De Rijck avait reçu Bernard Haitink en 2018, à l'occasion de son enregistrement de la sixième symphonie de Bruckner avec l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise. Nous vous proposons de redécouvrir cette interview. 

Un chef à la carrière exemplaire

Comme le disait Camille De Rijck, lors de l’arrêt de carrière de Bernard Haitink, "Bernard Haitink est quelqu’un qui a eu une carrière exemplaire et qui a vraiment incarné ce que c’est d’être chef d’orchestre. Les chefs d’orchestre, c’est comme les Saints, il y a des saints qui sont extrêmement intérieurs, il y en a d’autres qui vitupèrent… Et Bernard Haitink est plutôt intérieur. J’ai eu l’occasion de le recevoir en interview et il a été d’une courtoisie, d’un calme et d’une hauteur sidérante."

S’il apprend tout d’abord le violon, Bernard Haitink, qui naît en 1929 à Amsterdam, se découvre rapidement une passion pour la direction d’orchestre. Après des débuts l’orchestre philharmonique de la radio des Pays-Bas, il dirige pour la première fois en 1956 l’orchestre du Concertgebouw, qu’il va diriger pendant de nombreuses et longues années, "orchestre fabuleux du Concertgebouw dont il va pérenniser les merveilles et il va véritablement travailler sur l’héritage de ces prédécesseurs et faire travailler l’outil", comme le soulignait Camille De Rijck en 2019.

Ensuite, Bernard Haitink part à Londres diriger le London Philharmonic Orchestra, dont il sera le chef principal pendant plus de dix ans. Il sera également de 1987 à 2002 le directeur musical du Royal Opera House, à Covent Garden.

Il va avoir une carrière totalement exemplaire où Bruckner, Mahler, Mozart, Britten vont l’accompagner. Et c’est précisément sur Bruckner qu’il avait décidé de se retirer de la scène, en 2019, en dirigeant l’Orchestre Philharmonique de Vienne dans la septième symphonie du compositeur allemand.

Bernard Haitink laisse dernière lui plus de 450 enregistrements, de Beethoven, Mahler, Bruckner, R Strauss, Debussy, Brahms ou encore Chostakovitch.

Musiq3 lui rendra hommage dans ses émissions ce vendredi 22 octobre et reviendra sur la carrière de ce monstre sacré de la direction d’orchestre.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK