Avec 6 millions de livres de pertes par mois, les orchestres britanniques sont au bord de la faillite

Avec la multiplication des annulations dues à la pandémie de Covid-19, les orchestres britanniques sont exsangues. Le secteur perd plus de 6 millions de livres sterling (6,65 millions d'euros) par mois. Parmi les plus sévèrement touchés par la crise, les musiciens indépendants sont particulièrement vulnérables.

Selon l'Association des orchestres britanniques (ABO), les orchestres du pays se trouvent actuellement en très grosse difficulté. Alors qu'ils avaient déclaré ensemble un revenu de 70 millions de livres sterling à l'association en 2019, soit environ 77,5 millions d'euros, ils déplorent désormais des pertes faramineuses liées aux annulations et aux mesures de sécurité dues à l'épidémie de covid-19. "Plus de six millions de livres par mois sont perdues en performances annulées, dans un secteur qui luttait déjà pour sa survie depuis des années d'austérité", a déclaré le directeur de l'ABO, Mark Pemberton.

Selon l'association, l'avenir s'annonce particulièrement sombre pour les musiciens indépendants, particulièrement vulnérables. Si plus d'un millier de musiciens employés ont été mis en congé depuis mars, l'Union des musiciens (MU), qui représente plus de 31 000 musiciens au Royaume Uni, dénonce qu'un nombre encore plus important de musiciens indépendants ont été contraints de se reposer sur le Self Employment Income Support Scheme (SEISS, Régime de soutien au revenu des indépendants), une aide mise en place pour les indépendants dont l'activité était affectée par le coronavirus. Or, l'ABO souligne que 30 % des musiciens indépendants n'ont pas pu bénéficier de ce programme et se retrouvent sans revenu. 

L'ABO et la MU ont donc lancé un appel conjoint au gouvernement britannique pour l'exhorter à agir davantage afin de protéger les musiciens indépendants. Selon Mark Pemberton, "les milliers de musiciens indépendants qui ont contribué à la renommée mondiale des orchestres britanniques sont sur les genoux, réduits à espérer que le gouvernement reconnaisse enfin leur sort et intervienne avec les fonds indispensables pour les aider, jusqu'à ce que les salles de concert puissent rouvrir".

"Le navire est en train de couler"

À la fin du mois de juillet, le gouvernement britannique a annoncé avec emphase un vaste plan de sauvetage des arts qui s'élèvera à 1,57 milliard de livres sterling (1,74 milliard d'euros). Il sera destiné à permettre aux différents lieux artistiques de supporter la crise jusqu'à leur réouverture au printemps 2021. 500 millions de livres (554 millions d'euros) seront notamment alloués aux théâtres et salles de musique et de comédie. Mais rien ne dit que les orchestres bénéficieront du fonds, et à court terme, cela ne permettra pas d'aider les musiciens indépendants qui dépendent uniquement de concerts et d'enregistrements. De plus, le dernier versement du SEISS est prévu pour le mois d'août, pour les musiciens qui en bénéficient, alors que le retour à la normale, avec des concerts devant un public complet, n'arrivera pas avant 2021.

Tout cela amène le secrétaire général de la MU à tirer la sonnette d'alarme : "Pour les membres de nos orchestres, le navire est en train de couler et il n'y a pas de canot de sauvetage en vue. Ce gouvernement ne comprend pas les dommages qui sont causés au secteur orchestral, ou bien il s'en fiche. Nous avons demandé à plusieurs reprises au gouvernement de lancer une bouée de sauvetage aux musiciens d'orchestre indépendants, mais il a simplement choisi de ne pas écouter."

Une situation préoccupante qui n'est pas sans faire écho aux difficultés financières des orchestres et ensembles musicaux dans bien d' autres pays. La Belgique ne fait pas exception.  

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK