Anniversaire du compositeur français Emmanuel Chabrier

Le compositeur français Emmanuel Chabrier est né un 18 janvier, en 1841, il y a exactement 180 ans. L’occasion pour nous de revenir sur le parcours de ce compositeur pratiquement autodidacte, qui se sera lancé dans le métier sur le tard, après avoir été pendant 20 ans fonctionnaire au Ministère de l’Intérieur. Une évocation signée Vincent Delbushaye dans son Odyssée.

Chabrier, ami des peintres et des poètes

Toute sa vie, Chabrier aura évolué dans le milieu des arts, grand ami de Verlaine mais aussi des grands impressionnistes de son temps, on le disait jovial, d’une fougue et d’un humour débordants. Enfant, il commence à apprendre la musique très tôt et prend ses premières leçons de piano avec un réfugié espagnol. D’ailleurs, l’œuvre qui lui vaudra une renommée internationale évoque l’Espagne : il s’agit de sa Rhapsodie Espana, qu’il a composé à son retour d’un voyage en Espagne où il avait été séduit par la musique andalouse.

Emmanuel Chabrier était donc l’ami des peintres et des poètes. Verlaine disait de lui qu’il était "gai comme les pinsons et mélodieux comme les rossignols", et les toiles de ses grands amis impressionnistes couvraient les murs de son appartement parisien, on parle ici d’artistes comme Manet, Monet, Renoir ou Sisley. Ses lumineuses Pièces Pittoresques pour piano seraient un peu comme une transcription musicale des toiles impressionnistes qu’il aimait tant.

Après 20 ans de travail au Ministère de l’Intérieur, le déclic vint de Wagner

Emmanuel Chabrier va travailler près de 20 ans comme fonctionnaire au Ministère de l’Intérieur français, mais sa passion, son intérêt pour la musique, il le nourrit depuis longtemps, et un beau jour de mars 1879, il part pour Munich, en compagnie de son ami Henri Duparc. Ils vont assister à une représentation du Tristan et Iseut de Wagner, et ce soir-là, c’est le déclic : Chabrier ne fera plus QUE de la musique. Il se met en indisponibilité au Ministère pour lequel il travaillait et il se lance dans le grand bain !

C’est donc cet opéra Tristan et Iseut qui sera l’électrochoc pour Emmanuel Chabrier, qui va dès lors s’installer chez sa belle-mère pour y composer la majeure partie de son œuvre.

Chabrier qui aura vécu à Paris une grande partie de sa vie, mais qui est originaire du Puy-de-Dôme, c’est là qu’il a puisé les origines de cette Danse qu’il décline à l’orchestre, une danse typique de l’Auvergne, puisque ça s’appelle la "Bourrée fantasque".

Comme Emmanuel Chabrier aura eu le déclic du compositeur après avoir entendu un opéra de Wagner, on ne s’étonnera pas qu’il ait lui aussi composé des opéras, notamment "Le Roi malgré lui" en 1887, et qui raconte l’histoire très romancée d’Henri III, qui aura été un peu forcé d’aller gouverner un pays qu’il ne connaissait pas, la Pologne, il ne le fera qu’un an, puisqu’il redeviendra bien vite roi de France. Mais c’est l’épisode polonais de son histoire qui est romancée dans cet opéra-comique de Chabrier, sur un livret de d’Émile de Najac et Paul Burani.

Chabrier sous les coups de pinceaux

Emmanuel Chabrier a souvent été le modèle de ses amis peintres. On retrouve le compositeur sous les pinceaux d’Edgar Degas, dans L’Orchestre de l’Opéra, d’Edouard Manet qui a réalisé son portrait ou encore dans la toile Autour du piano réalisée par Henri Fantin-Latour.

3 images
Emmanuel Chabrier, 1880, par Édouard Manet, Ordrupgaard Museum, Charlottenlund, Danemark © Tous droits réservés
Autour du piano (1885), peinture à l’huile par Henri Fantin-Latour © Tous droits réservés
Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK