Activités "extra-scolaires" des enfants de moins de 13 ans : les professeurs d’académies demandent une révision de la circulaire


Mise à jour du jeudi 11 février : une nouvelle circulaire envoyée ce jeudi 11 février apporte un nouvel aménagement concernant la limitation des activités de groupe recommandées aux jeunes : il est à présent possible pour les enfants de moins de 12 ans et les jeunes de 13 à 18 ans de cumuler leurs cours en académie avec leur unique activité extra-scolaire.


Plusieurs centaines de professeurs des académies de musique, d’arts de la parole, de danse et d’arts plastiques, visuels et de l’espace, ont réclamé, par le biais d’une carte blanche, à la ministre francophone de l’Enseignement, Caroline Désir, une révision de la circulaire qui régit le fonctionnement des académies en période de Covid-19 et limite pour les enfants de moins de 13 ans la possibilité d’activités à une seule par semaine.

Nous vous en parlions il y a quelques jours : depuis le 1er février, les académies de musique, d’arts de la parole, de danse et d’arts plastiques, visuels et de l’espace, réunis sous l’appellation d’Enseignement Secondaire Artistique à horaire réduit (ESAHR) en Fédération Wallonie-Bruxelles, doivent à nouveau adapter le fonctionnement et l’organisation de leur établissement à de nouvelles mesures validées par le comité de concertation en vue de lutter contre la propagation du coronavirus. Ainsi, les moins enfants de 13 ans doivent désormais pratiquer leurs activités extra-scolaires au sein d’une bulle de maximum dix enfants. Par ailleurs, il est fortement recommandé aux parents de limiter cette pratique à une seule activité par semaine tout en émettant une préférence pour celles qui se déroulent à l’extérieur.

Des mesures qui, comme l’indique la circulaire ministérielle envoyée le lundi 1er février dernier, concernent également les académies de l’ESAHR, qui malgré leur statut d’établissements d’enseignement, sont ainsi considérés comme une activité "extra-scolaire".

Ceci semble être la discrimination de trop aux yeux du secteur, qui a publié ce lundi 8 février une carte blanche adressée à la ministre Désir, réclamant la révision de ladite circulaire.

Dans ce document, intitulé "Entre bémols et soupirs. Réaction essentielle d’un enseignement non-essentiel (aux yeux de certains dirigeants politiques)", les professeurs des académies de l’ESAHR demandent à la ministre "de bien vouloir reconsidérer les dispositions particulières contenues au sein de la circulaire 7945 et de les aligner tout du moins à ce qui a été décidé en Communauté flamande", où la participation à deux activités extra-scolaire dites "de loisirs" par semaine, au sein d’une bulle de maximum dix enfants, est possible pour les moins de 13 ans.

Les signataires demandent aussi que le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de se pencher à nouveau sur le statut et la valorisation de l’ESAHR par rapport aux autres niveaux d’enseignement. En effet, le contenu de cette carte blanche dépasse l’actuelle question de la crise sanitaire et évoque un "sentiment d’oubli voire de mépris [qui] est bien présent depuis de nombreuses années" au sein des académies et du corps professoral.

Ils réclament enfin à tous les acteurs concernés par la concertation autour des dispositions propres à l’ESAHR de "bien vouloir offrir une oreille attentive quant aux futures décisions qui pourraient être prises et, en filigrane, et d’accepter une participation des acteurs de terrain aux réunions ad hoc entre le cabinet (de Caroline Désir) et d’autres acteurs de l’enseignement".

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK