"1917 : la bande-son d'une révolution" - #2 : Années trente : la baguette et la faucille

En 1934, au Congrès des écrivains, Andreï Djanov définit la "méthode réaliste socialiste"? Elle impose une vision positive de la réalité, "dans son développement révolutionnaire". L'art pour l'art est banni. Ce canon esthétique et idéologique dominera  longtemps les arts graphiques,la littérature et la musique.
2 images
En 1934, au Congrès des écrivains, Andreï Djanov définit la "méthode réaliste socialiste"? Elle impose une vision positive de la réalité, "dans son développement révolutionnaire". L'art pour l'art est banni. Ce canon esthétique et idéologique dominera longtemps les arts graphiques,la littérature et la musique. - © Tous droits réservés

Ce dimanche 16/07, découvrez le deuxième épisode de votre nouveau feuilleton de l'été, consacré au bouleversement du paysage musical russe au lendemain de la révolution de 1917.

Avec de longs silences quelquefois, Maria Serguéievna Soutchov raconte la mise au pas des artistes au milieu des années Trente, peu avant la Grande Terreur. En exil, l’écrivain Evgueni Zamiatine résume l’ordre institué par l’Union des compositeurs et le canon du "réalisme socialiste" : "L’écrivain n’est plus qu’un petit chien qui doit apprendre à se tenir debout sur ses pattes de derrière s’il veut avoir un morceau du rôti." Un ordre qui perdurera jusqu’aux années 90.

Œuvres :

Sergueï Prokofiev, Concerto n° 5 pour piano et orchestre en sol majeur, op.55, Sviatoslav Richter, London Symphony Orchestra, dir. Lorin Maazel, EMI Classics

Dimitri Chostakovitch : extraits de l’Opéra Le Nez, solistes, chorus et orchestre du Théâtre musical de chambre de Moscou, dir. Guennadi Rojdestvenski, Ed.Le chant du monde, 1990

Dimitri Chostakovitch, Symphonie N°5, Orchestre du ministère de la culture d’URSS, dir. Guennadi Rojdestvenski, Melodia, 1988 ; Symphonie N° 8, Orchestre philharmonique de Leningrad, dir. Evgueni Mravinsky, Praga digitals 2015 ;

Dimitri Chostakovitch, extraits de l’opéra Lady Macbeth de Mtsensk, dir. Myung-Whuyn Chung, Deutsche Grammophon

Dimitri Chostakovitch, Sonate pour violoncelle et piano, op.119, Sviatoslav Richter et Mstislaw Rostropovitch, Melodia-Le chant du monde

Nikolaï Miaskovski, Symphonie n° 6, op.23, Symphony Orchestra of Russia and the Anima Moscow Chamber Choir, dir. Andreï Dragunsky and Veronika Dudarova, Olympia,1992

Dimitri Kabalevsky, concerto pour piano, N° 3, Emile Guilels, Grand Symphony Orchestra of All-Union National Radio Service and Central Television Networks,dir. Dmitri Kabalevsky, Recorded in 1954,Melodia

Tikhon Khrennikov, concerto pour piano n°2, Moscow, 1981, live https://www.youtube.com/watch?v=lvU_Wkpe8mE

Eddy Rosner, Caravan, archive Youtube https://www.youtube.com/watch?v=S5MGsJwGXpo

Mieczyslaw Weinberg, Symphonie n°4, op.61, orchestre symphonique de la radio polonaise, Katowice, dir. Gabriel Chmura. Ed.Chandos, 2004

Suggestion : Dimitri Chostakovitch, Rayok, le petit paradis anti-formaliste, cantate satirique pour 4 voix, piano et orchestre composée en réaction au décret de 1948 condamnant 13 compositeurs dont Chostakovitch. Perm Opera & Ballet Theatre's Orchestra, conductor - Valeriy Platonov. Plusieurs versions sur Youtube, dont celle de I Musici de Montreal

 

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK