The Inmost Cell, plongée aquatique d’Eva L’Hoest au Botanique

Eva L’Hoest est une artiste plasticienne née à Liège en 1971. Elle investit la Galerie du Botanique avec The Inmost Cell, un projet présenté à la Biennale de Riga en 2020. La vidéo est projetée aux côtés de deux sculptures en cristal gravé à l’intérieur faisant apparaître des paysages réels et virtuels qui happent le regard et rappellent les images aquatiques de la vidéo.

3 images
Eva L'Hoest, The Inmost Cell © pascal goffaux
Eva L'Hoest © pascal goffaux

Le film s’inspire de mythes lettons autour de la Daugava, le fleuve  qui traverse la ville de Riga. A la suite de la construction d’un barrage, la rivière a englouti des villages. La vidéo recourt aux outils technologiques contemporains. L’image de synthèse crée l’illusion de la troisième dimension. La fluidité de l’image semble provoquée par la réfraction des rayons lumineux. Elle crée des mirages d’eau et de pierre, des visions liquides ou pétrifiées. Le monde minéral que l’œil découvre sous les eaux recèle des images fractales. Un petit caillou que le regard dézoome découvre une paroi rocheuse anthropomorphe, fantastique. La bande sonore liquide est composée par John Also Bennett.

Le titre The Inmost Cell évoque la cellule biologique la plus intime.

Eva L’Hoest est au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK