Tapis bleu pour les Magritte : Filles de joie d'Anne Paulicevich, le représentant de la Belgique aux Oscars

Tapis bleu pour les Magritte, Filles de joie, Anne Paulicevich
Tapis bleu pour les Magritte, Filles de joie, Anne Paulicevich - © Tous droits réservés

Filles de joie, de Frédéric Fonteyne, écrit et coréalisé par Anne Paulicevich, représente la Belgique aux Oscars. Les nommés dans la catégorie Meilleur film étranger seront sélectionnés parmi les choix des pays et annoncés le 15 mars. Le film est aussi en course pour les César. La comédienne Annabelle Lengronne est une des révélations de l’année parmi lesquelles seront désignées les comédiennes nommées pour le César du meilleur espoir féminin. Enfin, Filles de joie sera en lice pour l’édition 2022 des Magritte du Cinéma.

Les Magritte du cinéma qui ne seront pas remis cette année seront toutefois sous le feu des projecteurs. La RTBF déroule le Tapis bleu pour les Magritte et met à l’honneur le cinéma belge sur tous ses médias. Les plateformes VOD de Proximus, de Sooner et de VOO proposent également jusqu’au 14 février une programmation composée de neuf films belges, éligibles cette année, mais qui concourront pour les Magritte du Cinéma en 2022. Filles de joie figure dans la short list.

Filles de joie met en scène trois femmes de générations différentes qui pour des raisons économiques mènent une double vie. Le matin, elles se retrouvent sur le parking de la cité. Elle prennent la route et franchissent la frontière pour aller travailler en Belgique dans une maison close. Elles se prostituent pour sauvegarder leur dignité au sein de leur famille ou se projeter dans un futur fantasmé.

Annabelle Lengronne joue une jeune femme d’origine sénégalaise en quête d’un prince charmant. Sara Forestier campe une mère de trois enfants en bas-âge qui a la garde de ceux-ci et Noémie Lvovsky interprète une infirmière, mère de deux adolescents, dont le mari joué par Sergi Lopez est au chômage. Toutes deux se battent pour nourrir leur famille.

Le film éclaire des aspects de la vie sociale et économique et approche la réalité intime de la " cellule " familiale.

Filles de joie révèle, en miroir, différents caractères d’hommes ou d’amants sans diaboliser la gente masculine dans son ensemble. La relation toxique et violente qui se conclut dans le viol contraste avec la complicité tendre qui se vit au sein d’un vieux couple revenu de tout.

La dernière scène, apaisée, montre un ouvrier de chantier en train de danser. Sous le regard amusé de ses collègues, il mime les pas et les figures d‘une danse féminine. Il se déhanche et prend des poses lascives de manière caricaturale pour le plaisir de faire sourire les trois femmes assises à une terrasse. Hommes et femmes partagent un simple moment de plaisir décomplexé qui laisse entrevoir une autre relation possible entre les sexes.  

Anne Paulicevich a rencontré des prostituées dans des maisons closes. Elle a écouté leurs récits dans le salon des filles où les hommes n’entrent jamais. Les paroles des " filles de joie " ont nourri le scénario du film.

Anne Paulicevich est au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK