Rouge lointain : André Soupart ressuscite la beauté de la machinerie d'un théâtre à l'italienne

Rouge lointain : André Soupart ressuscite la beauté de la machinerie d'un théâtre à l'italienne
11 images
Rouge lointain : André Soupart ressuscite la beauté de la machinerie d'un théâtre à l'italienne - © Tous droits réservés

André Soupart est cinéaste de formation. Il pratique la photographie et il a enseigné la réalisation à l’IAD, la photographie à l’IHECS et l’audiovisuel au 75. Il est, entre autres, l’auteur du livre, Hergé collectionneur. Il avait photographié le maître de la ligne claire au milieu de sa collection d’art contemporain. Il publie aux éditions Prisme un album photo au titre énigmatique, Rouge lointain.

Les deux mots sont écrits en noir et imprimés en creux sur la couverture de toile rouge. Aucune image sur la première de couverture n’aide à décrypter le propos. Un fait rare dans l’édition photo. Toutefois, un texte signale que le livre révèle la beauté et la complexité de la machinerie d’un théâtre à l’italienne. Tout s’éclaire ! L’évocation du théâtre à l’italienne est colorée de rouge. Le rideau, les tapis et les strapontins sont écarlates. Le rouge est la couleur qui rivalise avec l’or et le lointain, dans le lexique du théâtre, désigne le fond de scène, la partie du plateau la plus éloignée du public. Sur le lointain converge le regard du spectateur.

Le théâtre de Namur avant sa rénovation

L’attention d’André Soupart s’est portée sur le Théâtre de Namur, avant sa rénovation. En 1994, il a photographié en couleur la salle et la scène et leur faste ainsi que le grand escalier et le vestiaire principal. Il a choisi le noir et blanc pour rendre les matières de l’extraordinaire machinerie du théâtre, aujourd’hui disparue. Les planchers en bois, les cordages, les poulies, les cabestans et les passerelles évoquent le pont d’un bateau à voile. Le photographe a visité les dessous de scène et circulé sur le gril, un plancher à claire-voie situé dans les cintres. Sous les combles, un tambour de manœuvre du rideau de scène était actionné à la main. Impressionnant ! André Soupart a eu la bonne idée d’interroger Pascal Georis qui travaillait avec cette machinerie. Loin de rompre le charme, les explications ajoutent de l’extraordinaire à la magie du spectacle.

Célébration des hommes de l'ombre

Les images ne sont pas en reste. Elle célèbrent les hommes de l’ombre qui faisaient le spectacle à l’abri des regards des spectateurs. Plus que de simples documents, les photos sont belles, jamais esthétisantes. Le format carré architecture la prise de vue. Le cadrage est soigné et la lumière, subtile, traduit l’atmosphère des coulisses qui étaient peu éclairées. Le plus souvent, une simple ampoule, la " servante ", tamisait la lumière.

Rouge Lointain, André Soupart, préface de Xavier Canonne et lecture de Pierre Loze, Editions Prisme.

André Soupart au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK