Rik Wouters et les grandes figures féminines au Musée des Beaux-Arts de Tournai

Le Musée des Beaux-Arts de Tournai a conçu une nouvelle exposition autour de deux sculptures de Rik Wouters, La Folle Danseuse (1912) et Les Soucis domestiques (1914). Les deux œuvres sorties de la collection Belfius sont prêtées temporairement. Elles rayonnent dans l'atrium du beau musée dessiné par Victor Horta. Rik Wouters (1882-1916), peintre et sculpteur, a représenté sa femme Nel qui était son modèle et sa muse dans deux attitudes contrastées. La Folle Danseuse, inspirée par une grande liberté d’expression, rappelle les mouvements de la danseuse Isadora Duncan. Une jambe et deux bras sont projetés dans un espace ouvert. L’équilibre instable de la pose sur un seul pied arrête un instant de plénitude illuminé par l’expression souriante du visage. Les Soucis domestiques représente Nel, portant le tablier de la ménagère, dans une expression d'intériorité telle Pénélope, une épouse fidèle tissant sur le métier des jours le bonheur du couple.

Le musée puise dans ses riches collections pour illustrer les grandes figures féminines qui parcourent l’histoire de l’art : Pénélope, l’épouse mythique d’Ulysse, et Vénus, la déesse de l’amour ; Marthe et Madeleine, les figures bibliques, et Carmen, l’ouvrière ou la prostituée. Julien Foucart, le conservateur du musée, a choisi un ensemble exceptionnel de dessins et de peintures du 19e siècle. L’exposition recèle des chefs-d’œuvre sortis du legs Henri Van Cutsem, le mécène d’origine bruxelloise décédé en 1904. Henri de Toulouse-Lautrec, Émile Claus, Henri De Braeckeleer, Fernand Khnopff, Carl Gussow et Auguste Oleffe sont quelques noms réunis aux cimaises. L’exposition présentée jusqu'au 12 septembre réveille de belles endormies sortant rarement de leurs réserves et de leur profond sommeil. Elle permet de lever un coin du voile sur la richesse des collections tournaisiennes.

Un pan de l'exposition est consacré à l'œuvre de l'artiste français Henri Fantin-Latour (1836-1904). Le peintre du silence et de l'intime est bien présent dans les collections avec des natures mortes et un Portrait de Miss Sarah Budget. Le modèle s'exerce à la peinture. La palette à la main, elle observe un bouquet de jonquilles épanouies à côté d'une toile vierge. Le style n'est ni impressionniste, ni réaliste, ni symboliste. Fantin sonde un univers entre rêve et réalité, échappant à l'écoulement du temps.

Julien Foucart, le conservateur, au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK