Paradis perdu, les merveilles de la nature exposées au Musée des Beaux-Arts de Tournai

Paradis perdu, au Musée des Beaux-Arts de Tournai.
4 images
Paradis perdu, au Musée des Beaux-Arts de Tournai. - © Tous droits réservés

Paradis perdu, la nouvelle exposition du Musée des Beaux-Arts de Tournai, s’ouvre sur une Eve repentante, sommée de quitter le paradis terrestre. L’œuvre d’Ernest De Vleeshouwer montre une femme qui se cache les yeux derrière les mains. Le regard serait-il associé à l’idée de péché ou d’effroi, de regret ou d’angoisse ?

L’avenir est incertain au sortir du jardin d’Eden. Les merveilles de la nature découvertes à la Renaissance et inventoriées au 18e siècle inspirent des artistes qui reproduisent une nature protégée du monde extérieur, comme un jardin clos. D’autres reflètent leur époque et traduisent les sentiments que leur inspire la nature. Au 20e siècle, le graveur Frans Masereel partage la destinée d’une humanité expulsée du paradis et contrainte à l’exil. Ses bois gravés jettent les hommes et les femmes sur les routes de l’errance.

L’exposition est un parcours balisé par des œuvres sorties des collections riches du musée. Les signatures de Louis Gallait, Gustave Courbet, Contant Permeke, James Ensor… se retrouvent aux cimaises, avec au centre de l’exposition, un dessin de Vincent van Gogh, sorti de la collection d’Henri Van Cutsem, un amateur d’art bruxellois qui légua sa collection à la Ville de Tournai en 1903. Arbres à Montmajour est une des nombreuses images qui témoignent de la beauté de la nature vue par un peintre enraciné en Provence, en 1888.

Julien Foucart, directeur du Musée des Beaux-Arts de Tournai et commissaire de l’exposition, au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK