Mitten wir im Leben sind

La danse contemporaine entre en dialogue avec les œuvres de Jean Sébastien Bach. Le dernier spectacle d’Anne Teresa de Keersmaeker est encore à voir ces mardi et mercredi 26 et 27 septembre à la Monnaie

Ce sont les premiers mots de l’épitaphe que l’on peut lire sur la tombe de Pina Bausch. " Mitten Wir Im Leben Sind ", ce qui signifie Au coeur de la vie. Pour son dernier spectacle en date Anne Teresa de Keersmaeker a fait appel à un grand violoncelliste Jean-Guihen Queyras. Il interprète seul au milieu d’un plateau dépouillé les Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach. Il est accompagné par quatre danseurs de Rosas. Ils évoluent tour à tour aux côtés du violoncelliste avant d’être rejoints, le temps d’un mouvement par la chorégraphe.

Anne Teresa de Keersmaeker avait déjà utilisé la musique de Bach dans trois de ces précédents spectacles : Toccata, Zeitung et Partita 2. Elle nous parle de son admiration pour le compositeur.

Jean-Guihen Queyras avait enregistré les Suites de Bach en 2007. Il accompagne Anne Teresa de Keersmaeker et ses danseurs.

 

 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK