Macbeth Underworld, la danse macabre des amants maudits

Macbeth Underworld, la danse macabre des amants maudits
2 images
Macbeth Underworld, la danse macabre des amants maudits - © MATTHIAS_BAUS

La dernière création de Pascal Dusapin fait l’ouverture de la nouvelle saison de la Monnaie à Bruxelles. La mise en scène de Thomas Jolly guide Macbeth et Lady Macbeth jusqu’aux portes des enfers.

L’œuvre est d’une noirceur absolue. Macbeth Underworld se concentre sur le couple Macbeth et Lady Macbeth. Prisonniers des bas-fonds, les deux amants maudits de Shakespeare seront condamnés à revivre inlassablement leur chute et à revoir éternellement leur déclin dans un carrousel macabre.

Macbeth et Lady Macbeth sont guidés dans l’obscurité par un spectre et un jeune enfant orphelin jusqu’au seuil des enfers où un personnage fascinant les accueille dans un rire macabre, "le portier" leur ouvre la voie des ténèbres.

Le metteur en scène Thomas Jolly au micro de François Caudron

De l'autre côté du miroir

Les éléments clés de la tragédie de Shakespeare refont surface. La terrible prophétie, le poignard, le meurtre du roi d’Ecosse, le banquet hanté, la marche de la forêt de Birnam, chaque étape de la tragédie est effleurée dans la pénombre comme dans un rêve éveillé.

Le décor d’inspiration romantique est éclairé par une lumière froide. Des arbres dénudés, une demeure sombre, une porte gigantesque invitent le couple meurtrier à plonger dans les bas-fonds. Ils sont accompagnés dans leur chute par la musique de Pascal Dusapin.

Pascal Dusapin au micro de François Caudron

Macbeth Underworld est une œuvre puissante, elle brosse le portrait d’un couple d’amants rongé par le meurtre et la culpabilité.

A la Monnaie jusqu’au 5 octobre.