Le monde de Clovis : les Mérovingiens au Musée royal de Mariemont

Le monde de Clovis. Les Mérovingiens au Musée royal de Mariemont.
6 images
Le monde de Clovis. Les Mérovingiens au Musée royal de Mariemont. - © Tous droits réservés

Le monde de Clovis est une nouvelle exposition ouverte au Musée Royal de Mariemont. Elle aborde le monde mérovingien, dans son ensemble. Elle ne se focalise pas sur l’histoire de Clovis, mais sans doute le nom du roi de tous les Francs est-il plus attractif que celui de Mérovingien.

A l’origine, les Francs, une peuplade germanique, vivent en marge de l’empire romain. Intégrés à l’empire, membres de l’armée mobile, les Francs saliens sont des peuples fédérés. Ils gardent leur roi ou leur reine en faisant partie des territoires romains. Ils prennent ensuite le pouvoir et fondent la dynastie des Mérovingiens. L’époque mérovingienne est située entre 450 et 750, entre la chute (progressive) de l’empire romain et le couronnement de Charlemagne.

Le Musée royal de Mariemont, établissement scientifique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, présente une exposition d’un grand intérêt et l’équipe scientifique donne vie aux pièces archéologiques, en imaginant des personnages de Mérovingiens, fictifs, mais vraisemblables. Une princesse, une fillette, un garçon, le géant de Ciply, une religieuse et un potier guident le visiteur vers des objets qui leur auraient appartenus. Les objets ont été retrouvés dans des nécropoles mérovingiennes et livrent de précieuses informations, notamment sur la mobilité au Moyen Âge. Des bijoux en alliages précieux, des outils et des armes ainsi que des céramiques provenant de fouilles récentes renseignent sur la circulation des biens et des personnes dans un monde dynamique et ouvert. Des grenats en provenance d’Inde et du Sri Lanka sont sertis dans des bijoux ; des pierres d’Egypte et de Syrie et des perles en ambre de la Baltique sont utilisées dans la fabrication des colliers.

Le monde de Clovis fournit des informations sur l’habitat, la production et la consommation, l’agriculture, le commerce et la monnaie. Le trésor funéraire de la reine Arégonde, inhumée dans la basilique Saint-Denis près de Paris est le chef-d’œuvre de l’exposition. Un prêt du Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Marie Demelenne, la co-commissaire de l’exposition, est au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK