Le Centre de Gravure de la Louvière présente Jean Dubuffet, un preneur d’empreintes

Le Centre de la Gravure rouvre son espace ce mardi 2 juin avec l’exposition Jean Dubuffet, le preneur d’empreintes.

Jean Dubuffet (1901-1985) est un peintre, sculpteur et plasticien français. Il est aussi le premier théoricien de l’art brut, un terme déposé par lui-même, qui désigne des productions de personnes exemptes de culture artistique, marginaux et malades mentaux.

Le Centre de la Gravure montre une des facettes du créateur chasseur d’images. L’exposition présente les phénomènes de Jean Dubuffet. L’artiste s’intéresse aux phénomènes de la nature et les enregistre en réalisant des empreintes de minéraux et de végétaux, de surfaces et de textures : des rochers, des fougères, des sols, des murs… Et même le dos d’un ami. Il n’intervient pas quand il se livre à des expérimentations chimiques comme sur une pierre.

Présentation de l’exposition

L’artiste expérimentateur s’initie à la lithographie dès les années 40 et il réalise les Phénomènes entre 1958 et 1962. L’ensemble comporte 324 lithographies réunies dans 22 albums, 13 en noir et 9 en couleurs. L’exposition présente 130 images de la série.

Les Phénomènes sont des "matrices égarées de la vie" comme le note Lorenza Trucchi dans le catalogue de l’exposition de lithographies qui se tient à la Librairie Einaudi à Rome en 1962. Les images traduisent une attention portée à des petites choses, à un réel décrié. Catherine de Braekeleer, la directrice du Centre de la Gravure, évoque une valorisation du moins que rien.

7 images
Jean Dubuffet – Pavage de peau © Tous droits réservés
Jean Dubuffet – Cosmographie © Tous droits réservés
Jean Dubuffet – Nébuleuse © Tous droits réservés

Les titres poétiques des lithos et des albums permettent au créateur une appropriation de l’image et au spectateur un espace de rêve et de méditation. Paysage japonais, Champs de silence… Le titre du 4e album en noir, Le preneur d’empreintes, est aussi celui de l’exposition.

Jean Dubuffet désirait utiliser ces "empreintes" comme des matériaux, à répartir et à assembler dans des figures de personnages grimaçants. Sourire et Nez carotte sont accrochés aux cimaises. L’exposition présente également la genèse des Phénomènes, les expérimentations initiales et les premiers essais de lithographie. L’artiste a aussi livré ses secrets dans un "précis" de lithographie, technique et pratique, à l’usage du profane.

7 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Exposition ouverte jusqu’au 24 janvier 2021.

Catherine de Braekeleer, directrice du Centre de la Gravure à La Louvière, au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK