La Force du Destin en cinq lettres : Verdi

A Liège, Le destin voulait que l’Opéra Royal de Wallonie entame sa nouvelle saison avec une œuvre du grand répertoire italien. " La Forza del Destino " de Giuseppe Verdi est à l’affiche de l'ORW jusqu’au 1er octobre.

" La Forza del Destino " est le 24e opéra de Giuseppe Verdi. Composé en 1862 sur un livret de Francesco Maria Prave, l’opéra retrace l’histoire (aussi complexe qu’improbable) d’un jeune couple malchanceux : Alvaro et Leonora. Mais au bout du compte, c’est encore et toujours la musique de Verdi qui finit par triompher.

4 images
© Opéra Royal de Wallonie Liege
© Opera Royal de Wallonie Liège
© JONATHAN BERGER

La force du destin

Dans le premier acte, Léonora et Alvaro, nos deux amants maudits, tentent de fuir la désapprobation du père de la jeune fille mais leur entreprise échoue aux portes du palais. Dans l’aventure, Alvaro tue accidentellement le père de Léonora. Le frère de la jeune fille s’en mêle. Il décide de poursuivre les amants pour réclamer vengeance. A chaque acte, Alvaro et Léonora, semblent être poursuivis par une force supérieure qui les guide vers un destin funeste.

Dans sa musique, Verdi fait apparaître le destin dès l’ouverture. L’œuvre commence par deux groupes de trois notes interprétées avec force par les cuivres. Le ton est donné… C’est le destin qui est en marche. " Le destin, c’est le moteur de tout l’opéra mais pour ce qui est de la musique, Verdi innove avec cet opéra. La description des personnages est excellente et puis, bien sûr, il y a les leitmotivs qui traversent toute l’œuvre. "

Le chef d’orchestre italien Renato Palumbo au micro de François Caudron

Début vingtième

La mise en scène de Gianni Santucci place les personnages au début du 20e siècle. L’opéra débute quelques années avant la première guerre mondiale pour trouver un épilogue dans les années vingt. Quant au décor, il utilise toutes les possibilités techniques offertes par l’opéra. Le salon de réception du premier acte se transforme en taverne à ciel ouvert. Tandis que dans l’ombre, à l’abri des regards, la devanture imposante d’un couvent et l’intérieur d’un hôpital attendent encore d’être dévoilés.

Sur base d’une idée originale de Stefano Mazzonis, l’approche de la mise en scène se veut traditionnelle. Outre ce petit saut temporel, la mise en scène de Gianni Santucci respecte les lieux et les intentions du compositeur. " Verdi était metteur en scène. Il connaissait le plateau, il connaissait les rouages de la représentation et il y plaçait la vie. "

Le metteur en scène Gianni Santucci au micro de François Caudron

" La Forza del Destino " est présentée jusqu’au premier octobre à l’Opéra Royal de Wallonie.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK