Françoise Lison-Leroy, Le temps tarmac

Françoise Lison-Leroy, Prix Triennal de Poésie 2017, reçoit le Prix du Poème en Prose Louis Guillaume pour le recueil Le silence a grandi, dédié à l’écrivain Paul André, paru aux éditions Rougerie.

La même maison publie le nouveau recueil de l’auteure. Le titre Le temps tarmac évoque l’asphalte de la route et l’humaine condition du voyageur en marche foulant le terreau ou le bitume. L’actualité de l’exil et de la migration se glisse entre les mots forts d’un lexique qui charrie des images concrètes : épées, charnier, barreaux, hordes …par saccades, la haine barbelée… Françoise Lison-Leroy prend les mots à bras-le-corps et les assemble pour ouvrir le champ des possibles interprétations et elle élève le verbe jusqu’au chant. Un chant âpre parfois, mais toujours adressé à l’humain. Une voix exigeante qui caresse l’oreille et cependant l’effraie dixit Charles Baudelaire. Haute poésie que celle de Françoise Lison-Leroy.

 

Un ciel viendra / un autre / je reverrai ma

rue / franchirai le seuil / en même temps

qu’elle et lui / eux / les leurs / les miens / les

lointains / les démis / la cordée reléguée. Je

serai l’insulaire au milieu des terriens. Cha-

cun, frappé d’exil, nouera l’alphabet.

 

Françoise Lison-Leroy est au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK