Bye Bye His-Story, une exposition manifeste au centre de la Gravure à La Louvière

Bye Bye His-Story, au centre de la Gravure à La Louvière.
3 images
Bye Bye His-Story, au centre de la Gravure à La Louvière. - © Tous droits réservés

Le Centre de la Gravure et de l’Image imprimée situé à La Louvière inaugure une nouvelle ère. Emmanuel Lambion succède à Catherine de Braekeleer à la direction du centre d’art. Le nouveau directeur a une longue expérience de curateur. Il a réalisé cent dix-neuf expositions en vingt ans. Après avoir été responsable des expositions au Botanique, il a mené une activé de curateur indépendant et assuré la programmation artistique de la Maison Grégoire, un centre d’art indépendant né à Bruxelles en 1995.

Bye Bye His-Story est la première exposition pensée et réalisée par Emmanuel Lambion. Elle regroupe soixante artistes qui avancent des tentatives de réponses aux questions fondamentales que pose la société contemporaine. L’économie, l’écologie, la société et l’identité sont des thématiques qui sans être illustrées dans les créations sont abordées. La croissance, les écosystèmes et les questions de genre sont des sujets que les artistes traitent dans leurs œuvres.

Bye Bye His-Story stigmatise en un jeu de mots l’histoire écrite par les hommes et invite à l’instar des féministes à changer de point de vue. Les premiers écrits, des cadastres, ont circonscrit la propriété privée et généré les oppositions et les exclusions. Les affrontements entre religions et idéologies ont amplifié les dissensions. His-Story versus Her-Story. Les artistes tentent de montrer que d’autres liens sont envisageables entre l’homme et la nature et /ou l’économie et les créateurs appellent de leurs vœux d’autres relations entre les genres.

L’exposition-manifeste mise sur le décloisonnement garant de la pluralité des voies nouvelles à explorer. Les créateurs recourent à l’image imprimée, mais les supports varient : le papier, le tissu, l’aluminium ou d’autres matériaux. La presse peut être un rouleau compresseur passant sur une feuille de papier déposée sur l’asphalte ! La participation du visiteur est parfois requise par le toucher et par le jeu qui permettent l’appropriation de certaines œuvres. La visite commentée aide également à décoder certaines propositions d’artistes conceptuels dont les images sont parfois hermétiques.

Emmanuel Lambion, directeur du Centre de la Gravure, est au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK