Astor Piazzolla, Libertad, la biographie du centenaire

Astor Piazzolla, Libertad, la biographie du centenaire
4 images
Astor Piazzolla, Libertad, la biographie du centenaire - © Tous droits réservés

Nous célébrons ce jeudi 11 mars le centenaire d'Astor Piazzolla. Une vie et une carrière foisonnante sur lesquelles reviennent le bandonéoniste Sébastien Authemayou et la pianiste Marielle Gars dans une biographie sous le titre, Astor Piazzolla, Libertad. L’étonnant voyage d’un homme libre, aux éditions Parole.

Astor Piazzolla est né le 11 mars 1921 à Mar del Plata en Argentine. Les parents et l’enfant quittent le pays et s’installent à New York en 1925 pour échapper à leur condition. Ils regagneront définitivement l’Argentine en 1937. L’Eldorado n’était pas au rendez-vous.

Le gamin, bagarreur, est conscient que pour réformer le tango qui est une " religion " d’état en Argentine il faut suivre des cours de boxe. Les détracteurs du tango nuevo s’opposeront à Astor Piazzolla. Ils rejetteront les rythmes et les harmonies nouvelles de ses compositions et de ses orchestrations. Piazzolla imposera le tango nuevo qui ne sera pas une musique de danse. Il s’écoutera sans mouvement. Il révolutionnera le salon dans la salle de concert.

Enfant, Astor reçoit un bandonéon de son père ; pour ne pas le décevoir, il ne quitte pas son instrument sans s’atteler immédiatement à son étude. A New York, deux chocs émotionnels opèrent à l’aube de sa formation. Un voisin pianiste d’origine hongroise, Bela Wilda, joue de la musique de Bach. Une révélation. Il découvre le tango grâce au musicien Vardaro. Il attrape le virus.

Quand il quitte sa région natale, à l’âge de 18 ans, pour tenter l’aventure à Buenos-Aires, il intègre l’orchestre de Troilo qui lui transmet les règles du tango.  La rencontre avec Alberto Ginastera qui devient son professeur va l’inciter à TOUT apprendre : la théorie, l’harmonie, l’écriture, la composition, l’orchestration, le contrepoint, la fugue. La formation le pousse à se nourrir à d’autres sources, classique et jazz. L’étude lui permet de transgresser les règles et de rénover la musique de tango.

Le bandonéoniste Sébastien Authemayou et la pianiste Marielle Gars, formant le duo Intermezzo, publie une biographie sous le titre, Astor Piazzolla, Libertad. L’étonnant voyage d’un homme libre, aux éditions Parole. L’ouvrage inclut un CD rassemblant treize compositions qui illustrent la vie et l’œuvre du rénovateur du tango.

L’ouvrage est foisonnant de témoignages et d’anecdotes recueillis auprès de proches. Piazzolla se révèle un homme de chair et un musicien entièrement dévoué à son art. Un travailleur acharné. Un homme intègre qui partage la recette des concerts avec ses musiciens, de manière équitable. Un catholique superstitieux qui compose une suite en l’honneur de deux de ses protecteurs, Sylphide, l’esprit de l’air, et Ondine, l’esprit de l’eau. Un farceur qui joue des tours à ses détracteurs.  Il cache du tabac à priser dans le soufflet d’un bandonéon ; la poudre se répand dans l’air, quand le musicien joue.  Il donne une tape dans le dos du chef d’orchestre quand il entre sur scène ; il a déposé préalablement dans sa paume quelques cristaux de "pica pica", le poil à gratter qui provoque d’horribles démangeaisons. Astor Piazzolla, adepte de la pyrotechnie, fait aussi exploser des pétards dans les toilettes d’un club. Sur scène, un feu d’artifice couve sous les notes implosives du bandonéon. Sacré Astor !

Sébastien Authemayou est au micro de Pascal Goffaux.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK