Arrêt sur nuages, à la Maison des Arts de Schaerbeek

Nuages. D’hier et d’aujourd’hui est une exposition à voir à la Maison des Arts à Schaerbeek jusqu'au 21 novembre. La commissaire, Claire Leblanc est la directrice du Musée d’Ixelles, fermé pour cause de rénovation et d’agrandissement. Elle a sélectionné treize artistes contemporains dont les œuvres dialoguent discrètement avec des pièces anciennes sorties de la Collection communale artistique de Schaerbeek.

Les nuages ont de tout temps fasciné l’humanité. L’œil les scrute pour prévoir la météo du jour. Il observe les merveilleux nuages et il voit dans leurs formes des figures de rêve, mais il redoute les signes annonciateurs d’orages et il angoisse à l’approche des fumées toxiques qu’ils charrient.

Le nuage lié à la représentation de l’au-delà, au Moyen Age, se libère des connotations religieuses, au fil de l’histoire de l’art. Il prend son "envol" au dix-neuvième siècle avec l’apparition de la peinture de paysage, exécutée en plein air, par les artistes pré-impressionnistes et impressionnistes.

Le nuage est une matière à représenter, par le dessin et la peinture, la sculpture et l’installation. Il est une matière à penser les notions de légèreté et de pesanteur, de transparence et d’immatérialité, d’évanescence et de fragilité, de liberté et d’infini. La transformation à l’œuvre dans le nuage est à l’image de la pensée active en mouvement permanent.

Infos et tickets (gratuits) pour l'exposition Nuages. D’hier et d’aujourd’hui

Claire Leblanc, commissaire de l’exposition, est au micro de Pascal Goffaux.

Temps suspendu, de Lucile Bertrand, oeuvre emblématique.

7 images
Jean-Marie Bytebier, peinture © pascal goffaux
Marie Rosen, sans titre © pascal goffaux
Jacqueline Mesmaeker, Aux antipodes © pascal goffaux
Cindy Wright, Blue Skies © pascal goffaux

L’œuvre de Lucile Bertrand occupe le centre d’un salon donnant sur le jardin. Une sphère de plumes contenue dans une structure en forme de cube semble s’élever dans l’espace clos. L’œuvre est blanche, aérienne, suspendue comme le temps. Temps suspendu introduit un instant fragile de calme et de beauté dans le regard du spectateur. L’œil abstrait de son champ le décor de la maison bourgeoise du dix-neuvième siècle et oublie le temps et l’espace.

Lucile Bertrand au micro de Pascal Goffaux

Le "Blob" de Stephan Balleux

7 images
Stephan Balleux, Ars Memoriae © pascal goffaux

Stephan Balleux occupe une chambre à l’étage. Il est le créateur d’une forme aérienne, surnommée " blob ", qui donne l’image d’une matière en suspension. Soumise à toutes les métamorphoses, sa fluidité évoque l’évanescence du nuage. Peinte sur des planches anciennes représentant les vieux hôtels de Paris, elle provoque un sensation d’étrangeté. Le " blob " est une allégorie de la peinture.

Stephan Balleux au micro de Pascal Goffaux

Le nuage de branchages de Tatiana Wolska

7 images
Tatiana Wolska, Passage sans attente © pascal goffaux

Tatiana Wolska intervient dans la bibliothèque. Une installation de branchages qui simule un nuage remplit l’espace d’un vide paradoxal. A l’intérieur, la légèreté de l’air contredit la pesanteur du bois qui constitue l’enveloppe de la structure. Le mouvement est suggéré par les entrelacs des branches. Le geste du sculpteur est dynamique et fait un " arrêt sur nuage " à l’instar d’un dessinateur qui en un coup de crayon suggère le passage du vent.

Tatiana Wolska au micro de Pascal Goffaux

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK